A propos du coronavirus

  • Les coronavirus, qu'est-ce que c'est ?

    Les coronavirus sont une famille de virus pouvant provoquer une infection chez l’homme et chez divers animaux, parmi lesquels les oiseaux et des mammifères comme les chameaux, les chats et les chauves-souris. Certains coronavirus animaux sont zoonotiques, ce qui signifie qu’ils peuvent se transmettre de l’animal à l’être humain.

    À ce jour, il a été démontré que sept coronavirus peuvent provoquer aussi une infection chez l’être humain. Lorsque des coronavirus d’origine animale évoluent, contaminent l’être humain et continuent à se propager entre êtres humains, cela peut déboucher sur des épidémies comme celles du MERS-CoV et du SRAS.

  • Où le nouveau coronavirus (COVID-19) est-il apparu ?

    Le COVID-19 est une nouvelle souche de coronavirus qui n’avait pas encore été constatée chez l’être humain auparavant. L’épidémie a commencé dans la ville chinoise de Wuhan, capitale de la province de Hubei. Dans les premiers moments, il a semblé que l’épidémie était liée au marché South China Seafood City. Ce marché accueille des commerçants en fruits de mer, volailles, chauves-souris, marmottes et autres animaux sauvages, ce qui indique une probable origine animale de ce virus. Le virus est transmissible d’homme à homme et s’est entre-temps propagé à d’autres pays.

  • Quels sont les symptômes du nouveau coronavirus (COVID-19) ?

    Les symptômes varient d’une maladie modérée à sévère des voies respiratoires s’accompagnant de fièvre, de toux et de difficultés respiratoires. Certains groupes de personnes sont considérées comme “à risques”, c’est-à-dire âgées qu’elles semblent plus vulnérables à souffrir de symptômes plus sévères. Il s’agit essentiellement des personnes âgées et des personnes souffrant de maladies chroniques graves.

  • Que représente une infection au coronavirus (COVID-19) pour une personne en bonne santé d’une vingtaine, trentaine ou quarantaine d’années ?

    La probabilité d’attraper le coronavirus pour une personne en bonne santé d’une vingtaine, trentaine ou quarantaine d’années est la même que pour n’importe quelle autre personne. On constate cependant peu de complications et donc de nécessité d’une hospitalisation liée au coronavirus pour cette tranche d’âge.

  • Qui sont les personnes considérées comme à risques ?

    Il s’agit des personnes âgées de plus de 65 ans, des personnes diabétiques, présentant des maladies cardiaques, pulmonaires ou rénales et des personnes dont le système immunitaire est affaibli.

  • Les femmes enceintes sont-elles donc des personnes à risques ?

    Il n’y a pas d’indication scientifique que les femmes enceintes soient plus sensibles à cette infection ou à ses conséquences. Il y a d’ailleurs peu de femmes enceintes parmi les patients les plus malades, ce qui est rassurant. De plus, on constate de manière générale très peu de contaminations graves pour les tranches d’âge où les femmes sont enceintes. Il n’existe aucune preuve qu’une infection durant la grossesse puisse avoir un effet négatif sur le fœtus ou que le virus puisse être transmis de la mère à l’enfant pendant la grossesse.

  • Les enfants ont-ils plus de risques d’être contaminés ?

    Les enfants peuvent également être contaminés par le coronavirus mais ont peu de risques de développer une forme sévère de la maladie. Ils peuvent cependant facilement transmettre le virus, y compris s’ils sont asymptomatiques. Il est donc recommandé d’éviter pour le moment leurs contacts avec les personnes à risques, notamment leurs grands-parents.

  • Je suis une personne à risques, que dois-je faire ?

    Restez chez vous autant que possible. Évitez tout contact avec des personnes extérieures à votre famille et suivez scrupuleusement toutes les mesures d’hygiène. Il est également préférable que les membres de la famille entrent le moins possible en contact avec d’autres personnes.

  • Suis-je protégé contre COVID-19 si j'ai reçu le vaccin antigrippal cette année ou le vaccin contre le pneumocoque ?

    La grippe et le virus qui provoque le COVID-19 sont deux virus très différents et le vaccin contre la grippe saisonnière ne protégera pas contre le COVID-19. Le vaccin contre le pneumocoque ne protège pas contre les pneumonies virales.

  • Comment le coronavirus se propage-t-il ?

    Le coronavirus se propage de personne à personne par de petites gouttelettes provoquées par la toux ou les éternuements. Par l’intermédiaire de ces gouttelettes, le virus se retrouve dans l’air, sur des objets et des surfaces. Le virus peut ainsi contaminer toute personne qui inhale ces gouttelettes ou les introduit par les mains dans sa bouche, son nez ou ses yeux. Il n’y a aucune preuve que la contamination se fasse par la peau. Le risque de contamination peut être réduit en gardant une distance de plus d’un mètre avec des personnes malades, en se touchant le moins possible le visage et en veillant à une bonne hygiène des mains.

  • Le port d'un masque pour se protéger contre le nouveau coronavirus a-t-il un sens ?

    L’utilisation de masques buccaux pour prévenir l’infection au coronavirus n’a de sens que dans les hôpitaux où sont soignés les patients contaminés au coronavirus ainsi que, dans les laboratoires, pour l’examen du matériel corporel de ces patients. Il est clair que le port du masque – même dit de confort – jouera aussi un rôle important dans la stratégie de déconfinement. Si vous souhaitez savoir plus sur l’utilité d’un masque buccal: https://www.info-coronavirus.be/fr/masque/

  • Existe-t-il un risque d'infection par le biais d’un contact avec des objets et surfaces ?

    Ce risque existe mais il est beaucoup plus faible que lors d’un contact direct avec une personne infectée. Dans des conditions idéales, le coronavirus survit en moyenne environ trois heures sur des surfaces et des matériaux lisses (comme les poignées de porte, les rampes, les tables, etc.). Le virus ne survit pas bien sur du matériel absorbant (tel que le carton, le papier, le textile…). Le virus est très sensible au dessèchement, à la chaleur et à la lumière du soleil. Toute personne qui absorbe des gouttelettes porteuses du virus dans la bouche, le nez et les yeux - par contact avec les mains - peut être infectée par le virus. Il est important de se laver les mains de manière régulière et rigoureuse après un contact avec des surfaces et des emballages qui ont été touchés par de nombreuses personnes.

  • Le coronavirus va-t-il disparaître avec le printemps ?

    Il n’y a actuellement aucune preuve que le printemps fera ralentir ou disparaître le coronavirus. En se basant sur d’autres coronavirus comme point de comparaison, il est possible que ce nouveau virus présente aussi une évolution saisonnière, et que sa propagation soit ralentie par les températures plus élevées et la lumière UV du printemps. Par contre, même après avoir disparu quelques mois, le virus peut réapparaître. Mais il est encore trop tôt pour connaitre le profil de ce virus.

  • Je suis accompagnateur de train, réceptionniste, je travaille à un guichet de l’aéroport : est-ce dangereux de toucher en permanence des objets d’autrui ?

    Il est difficile d’éviter de prendre et toucher des objets. C’est pourquoi il est important de se laver les mains régulièrement et soigneusement. Veillez surtout à toucher le moins possible votre visage avec vos mains.

  • Puis-je être contaminé par le biais de la nourriture ?

    A ce jour, les aliments n’ont pas été identifiés comme une source ou une voie probable de transmission du virus. De plus, les coronavirus ne sont pas des virus très résistants dans l’environnement et ils sont rapidement inactivés lorsqu’ils se retrouvent sur des surfaces. En l’état actuel des connaissances, la probabilité qu’un consommateur soit contaminé par le Covid-19 via l’alimentation est donc très faible et non démontrée. Quoi qu’il en soit, l’AFSCA rappelle aux professionnels que le respect des bonnes pratiques d’hygiène sont primordiales et permettent d’éviter la plupart des contaminations : Quoi qu’il en soit, l’AFSCA rappelle aux professionnels que le respect des bonnes pratiques d’hygiène sont primordiales et permettent d’éviter la plupart des contaminations :

      • préparer les aliments séparément, surtout lorsqu’on manipule des viandes crues,

      • laver abondamment à l’eau chaude et au savon les surfaces ayant servi à la préparation des aliments, surtout celle des viandes crues,

      • se laver les mains à l’eau chaude et au savon entre chaque manipulation,

      • cuire suffisamment toute viande crue (70°C à cœur durant au moins 2 minutes),

      • éviter de préparer des aliments lorsqu’on est malade.

  • Les animaux domestiques peuvent-ils infecter un homme s’ils ont été en contact avec des personnes infectées ?

    Le risque d’infection par le Covid-19 associé aux animaux domestiques est actuellement évalué comme négligeable, le Covid-19 se transmet principalement par contacts rapprochés d’homme à homme. Bien qu’on suspecte que le Covid-19 provienne initialement du monde animal sauvage, il s’est depuis adapté à l’homme (virus « humanisé »), aucune donnée ne permet encore de considérer les animaux domestiques comme à risque pour l’homme pour la transmission du covid-19. Les règles d’hygiène classiques (éviter les contacts rapprochés avec votre animal, surtout si vous êtes malade, se laver les mains après manipulation de tout animal) sont donc ici encore une fois recommandées si vous avez des contacts avec des animaux qui pourraient véhiculer, par contamination environnementale, le virus sur eux pendant de courtes périodes.

  • Y a-t-il des cas de nouveau coronavirus en Belgique ?

     Pour les dernières nouvelles sur la situation en Belgique

      • Consultez la rubrique “News” de notre site

      • Voir également le bulletin épidémiologique sur le site de Sciensano.

  • Quels sont les signaux d’alarme auxquelles je dois prêter attention?

    Si vous vous sentez malade, toussez, avez mal à la gorge, des difficultés de respiration, le coronavirus est l’un des virus qu’il est possible que vous ayez attrapé.

  • Que dois-je faire si j'ai des symptômes ?

    Évitez de vous rendre dans la salle d’attente de votre médecin ou aux urgences : contactez plutôt votre médecin par téléphone. Mentionnez vos symptômes, vos contacts et vos éventuels antécédents de voyage. Le médecin pourra évaluer, sur la base d’une procédure spécifique, les personnes pour lesquelles un test coronavirus devrait être envisagé. N’oubliez pas que vous pouvez aussi avoir la grippe hivernale.

  • Comment puis-je éviter de contaminer mes proches? Comment puis-je éviter d’être contaminé si l’un de mes proches a le coronavirus?

    Nous avons rassemblé quelques conseils pour les personnes en isolement et pour leur entourage. Consultez-les dans notre brochure

  • Que puis-je faire pour me protéger et protéger les autres ?

    Chacun peut apporter sa pierre à l’édifice de la lutte contre le coronavirus! Certaines personnes peuvent en effet être atteintes du coronavirus mais asymptomatiques, et donc ignorer qu’ils peuvent le transmettre.Chacun peut appliquer ces quelques mesures d’hygiène :

      • Restez à la maison si vous êtes malade.

      • Très important: lavez-vous les mains régulièrement à l’eau et au savon

      • Eternuez et mouchez-vous dans un mouchoir en papier. N’utilisez chaque mouchoir qu’une seule fois et jetez-le ensuite dans une poubelle fermée.

      • Vous n’avez pas de mouchoir en papier ? Eternuez ou toussez dans le creux de votre coude. Il est plus prudent de garder une certaine distance dans vos interactions sociales afin de ralentir la propagation du virus.

      • Evitez de serrer la main ou d’embrasser votre interlocuteur.

      • Accordez une attention toute particulière aux personnes considérées à risques, comme les personnes âgées de plus de 65 ans, les personnes diabétiques, présentant des maladies cardiaques, pulmonaires ou rénales et les personnes dont le système immunitaire est affaibli.

      • Les enfants ne font pas partie de ces groupes de personnes à risques mais peuvent facilement transmettre le virus. Il est donc préférable d’éviter les contacts entre enfants et personnes âgées.

      • Evitez les contacts avec les personnes visiblement malades.

  • Y a-t-il des mesures spécifiques à adopter/suivre dans une maison de repos et infrastructures de soins ?

    Il s’agit d’un point important, les personnes plus âgées ou souffrant d’une affection chronique courant un plus grand risque de développer une forme grave du coronavirus. Accordez-leur dès lors une attention toute particulière.La réglementation concernant les maisons de repos relevant des compétences des Régions, nous vous invitons à consulter leurs recommandations:

  • Comment me laver les mains ?

      • Lavez-vous les mains de préférence à l’eau courante, de préférence tiède ou chaude, et au savon liquide.

      • Si vous êtes en route et que vous ne pouvez pas vous laver les mains, touchez votre visage le moins possible et lavez-vous les mains dès votre arrivée.

      • Si vous n’avez pas d’eau, de savon et de serviette à proximité et que vous voulez quand même vous laver les mains, vous pouvez utiliser du gel à base d’alcool.

    Vous pouvez trouver des instructions en ligne pour vous laver correctement les mains.
    Source: Vous êtes en de bonnes mains
    (Campagne SPF Santé publique)

  • Quelles sont les recommandations en matière de port de masque/de gants dans l’espace public ?

    Le transfert de COVID-19 se fait par l’intermédiaire de gouttelettes et par contact avec des surfaces contaminées, et non par l’air. Par conséquent, le port d’un masque ne protège pas contre l’infection, si l’on n’a pas de contact étroit (à une distance de 1,5 mètres) avec une personne malade.

    Se couvrir la bouche et le nez fera partie des bonnes pratiques pendant ce déconfinement lorsque des contacts étroits ne pourront être évités. Cela peut se faire par l’intermédiaire d’un masque dit « de confort » ou d’une autre protection alternative en tissu (écharpe, bandana). Cette pratique sera :

    • Fortement recommandée dans l’espace public

    • Obligatoire dans les transports en commun pour les usagers de 12 ans et plus.

    Cette pratique n’est pas une protection suffisante si elle ne s’envisage pas dans le cadre du respect des distances de sécurité et des mesures d’hygiène.

    Pour plus d’information sur les masques en tissu : https://www.info-coronavirus.be/fr/masque/

    Le port de gants n’est en revanche pas recommandé car il donne un faux sentiment de sécurité, et on ne se lave plus les mains, tout en se touchant la bouche, le nez et les yeux avec la main gantée, ce qui peut encore entraîner une infection. Il est préférable de se laver les mains régulièrement avec de l’eau et du savon.

Mesure générale

  • Que dois-je faire ?

    • La distance sociale (minimum 1,5 mètres entre les gens) doit être de mise en toutes circonstances, à l’exception des personnes vivant sous le même toit. Peuvent être considérées comme « personnes vivant sous le même toit » les personnes séjournant dans des structures résidentielles tels que les petits groupes d’enfants et d’adolescents encadrés par les services de protection de la jeunesse vivant en « situation familiale » avec des surveillants. La mixité d’âge doit absolument être évitée ; le mélange de groupes sociaux qui ne se fréquentaient pas au départ doit l’être également ;

    • Restez autant que possible à la maison, seuls les déplacements essentiels (aller au travail quand le télétravail est impossible, aller à la pharmacie, à la poste, faire ses courses alimentaires, mettre de l’essence, …) peuvent être effectués.

    • L’approche choisie pour la levée des mesures renforcées est envisagée par phases successives visant le retrait progressif de ces mesures et se fonde principalement sur 3 aspects, à savoir, le port du masque, le dépistage et le suivi des contacts. Un équilibre est recherché entre le maintien de la santé, qu’elle soit physique ou mentale, la réalisation de missions pédagogiques dans le domaine de l’enseignement et la relance de l’économie.

  • Quand puis-je sortir de chez moi ?

    Seuls les déplacements suivants sont autorisés :

      1. les déplacements professionnels (en ce compris les déplacements domicile/travail et les déplacements effectués par les bénévoles dans le cadre de leurs activités au sein d’un secteur crucial ou service essentiel) ;

      1. les déplacements indispensables (aller chez le médecin, au magasin d’alimentation, à la poste, à la banque, à la pharmacie, faire le plein d’essence ou aider des personnes dans le besoin, les sans-abris, les déplacements des parents vers la garderie où se trouvent leurs enfants, les déplacements exigés dans le cadre d’une obligation légale, …) ;

      1. les promenades et les activités physiques (en ce compris les balades à moto) en plein air n’impliquant pas de contact physique à la condition qu’elles soient exercées :

      • seul ;

      • en compagnie de personnes vivant sous le même toit ; sont ici également visées les communautés de jeunes et leur accompagnant issus d’institutions de la jeunesse vivant sous le même toit.

      • et/ ou en compagnie de maximum deux autres personnes qui doivent toujours être les mêmes, moyennant le respect d’une distance d’ 1,5 mètres entre chaque personne.

    Ces activités sont autorisées pour le temps nécessaire pour les exercer. Après l’exercice de ces activités, le retour à son domicile est obligatoire. Il reste interdit de s’installer dans les parcs. Une tolérance sera appliquée pour les personnes âgées et les femmes enceintes. De la même manière, les mesures ne peuvent s’appliquer strictement aux personnes à mobilité réduite ou souffrant d’un handicap mental.

    Sont également interdits les pique-niques et bains de soleil dans ces parcs.

    Par ailleurs, l’utilisation d’un véhicule motorisé dans le cadre de l’exercice d’une activité physique et des promenades n’est autorisée que pour se rendre dans les lieux (ex. bois à distance raisonnable) ou infrastructures sportives nécessaires à l’exercice de l’activité physique en question ou de la promenade. Il est rappelé que les activités touristiques et les excursions ne sont pas autorisées.

      1. Tous les autres déplacements essentiels dont il est fait explicitement mention dans ce FAQ.

Services publics

  • Qu’en est-il des administrations publiques (par exemple les communes) ?

    Ces administrations doivent continuer à fonctionner (pour assurer leurs missions) moyennant le respect des mesures de distances sociales et/ou en veillant à mettre en place le télétravail. Les administrations doivent informer la population des possibilités d’obtenir des documents et informations via des modes alternatifs (en ligne). Les administrations doivent favoriser ces modes alternatifs afin de limiter les déplacements.

  • La collecte en porte à porte des déchets ménagers peut-elle se poursuivre ?

    Oui, les différentes collectes à domicile de déchets (déchets résiduels, déchets organiques, papiers-cartons, verre, P(+)MC et déchets verts quand cette collecte est organisée) continueront à être assurées, du moins si le personnel de collecte est en nombre suffisant. A défaut, la priorité sera donnée aux collectes de déchets résiduels et de déchets organiques (hors déchets verts). Le règlement sur la collecte des déchets ménagers et des déchets commerciaux similaires est disponible sur les sites web des régions concernées.
    Le règlement pour la Flandre peut être consulté à l’adresse suivante : https://ovam.be/corona-impact#inzameling.

  • Les parcs à conteneurs sont-ils fermés ?

    Le règlement sur les parcs à conteneurs peut être consulté sur les sites web des régions concernées.

  • Est-ce que je vais encore recevoir du courrier ?

  • Puis-je encore aller à la bibliothèque ?

    Les bibliothèques sont considérées comme un service public et doivent rester ouvertes mais uniquement comme point de retrait de livres et moyennant le respect des mesures de distance sociale. Les gouverneurs doivent veiller à ce que ce service reste garanti.

  • Pouvons-nous passer aux conteneurs de verre, aux conteneurs de vêtements, aux conteneurs souterrains pour le verre et les PMC ?

    Oui, c’est autorisé.

  • Les domaines, parcs et forêts provinciaux, domaniaux et communaux doivent-ils fermer ?

    Les parties récréatives de ces parcs doivent fermer (ex: plaine de jeux, …). En revanche, les parcs et les forêts peuvent rester ouverts moyennant le respect des mesures de distance sociale, ceci doit être contrôlé.

  • Les travaux routiers et les services publics en général peuvent-ils encore être réalisés ?

    Oui, dans le respect des mesures de distanciation sociale.

  • Est-ce que les conseils communaux/provinciaux et CA d’institutions publiques peuvent encore avoir lieu ?

    Oui, pour autant que les points à l’ordre du jour ne puissent pas être postposés et/ou que la réunion ne puisse pas être organisée de façon virtuelle.

  • Les CPAS relèvent-ils des "institutions de soins, d'accueil et d'assistance aux personnes âgées, aux mineurs, aux personnes handicapées et aux personnes vulnérables" ?

    Oui, les CPAS offrent des services essentiels.

  • Le service CPAS doit-il continuer à organiser la distribution des repas ?

    Oui, dans le cadre du soutien aux soins de santé et moyennant le respect des mesures de distance sociale.

  • Les guichets des entreprises peuvent-ils rester ouverts ?

    Ils doivent travailler le plus possible à distance. Ils peuvent ouvrir, si absolument nécessaire moyennant le respect des mesures de distance sociale.

  • Existe-t-il des dispositions spécifiques pour les toilettes publiques ?

    Dans le cadre du maintien de l’ordre public et de l’hygiène nous recommandons de les maintenir ouvertes ou d’offrir des alternatives. La commune se charge de mettre en place les mesures d’hygiène nécessaires.

  • Les initiatives locales d'accueil (LDI) relèvent-elles des "services d'asile et de migration, y compris l'accueil et la détention des demandeurs d'asile dans le cadre du retour forcé" ?

    Oui.

  • Est-il encore possible pour les services publics de nettoyer les décharges illégales sur les terrains publics ?

    Oui, c’est important pour des raisons d’hygiène. Les initiatives citoyennes ne sont pas autorisées.

  • Les collectes privées de détritus peuvent-elles se poursuivre ?

    Les collectes privées de détritus en groupe ne sont pas autorisées. Il est permis, si vous vous promenez seul, avec des personnes vivant sous le même toit, ou deux personnes (toujours les mêmes), de combiner cette activité avec le ramassage des déchets, mais seulement dans la mesure où le promeneur peut les transporter lui-même. Les déchets ne peuvent pas être ramassés en voiture car ce n’est pas un déplacement essentiel. Cependant, il est important de ne rien ramasser avec des mains non protégées. Par conséquent, utilisez une pince ou portez des gants en caoutchouc ou en latex à tout moment.

  • La détection et l'élimination des explosifs sur la côte sont-elles couvertes par l'interdiction ?

    Non, cela est autorisé parce que cela relève de la sauvegarde de la sécurité publique.

  • Les centres d'appel pour les personnes dans le besoin (centre prévention suicide, violence domestique, etc.) resteront-ils accessibles ?

    Oui, ils restent ouverts moyennant le respect de mesures de distanciation sociale par les opérateurs. Vous trouverez les informations de contact utiles ici: https://www.info-coronavirus.be/fr/aide-psychosociale/

  • Il y a un mât de téléphone portable sur ma propriété privée, sur le toit de l'hôpital... Dois-je laisser l'accès à ces antennes aux équipes de maintenance des opérateurs?

    Oui, il est essentiel que les communications électroniques soient maintenues et donc que les opérateurs puissent effectuer toute la maintenance nécessaire.

  • Une expulsion peut-elle avoir lieu ?

    Les Régions ont décidé de suspendre temporairement l’exécution des décisions d’expulsion.

Commerces et magasins

  • Quels sont les commerces qui peuvent rester ouverts ?

    Les commerces et les magasins sont fermés, à l’exception :

    • Des magasins d’alimentation, y compris les magasins de nuit (jusque 22h)

    • Des magasins d’alimentation pour les animaux

    • Des pharmacies

    • Des marchands de journaux

    • Des stations-services et fournisseurs de carburants

    • Des magasins de télécommunications, à l’exclusion des magasins qui ne vendent que des accessoires, mais uniquement pour les urgences, en ne recevant qu’un client à la fois et ce, sur rendez-vous.

    • Des magasins de dispositifs médicaux (magasins de soins à domicile, opticiens, centres auditifs, bandagistes), mais uniquement pour les urgences, en ne recevant qu’un client à la fois et ce, sur rendez-vous.

    • Des jardineries et pépinières qui vendent principalement des plantes et/ou des arbres ;

    • Des magasins d’assortiment général de bricolage qui vendent principalement des outils et/ou des matériaux de construction.

    • Des magasins en gros destinés aux professionnels, mais uniquement au bénéfice de ces derniers.

    • Des commerces de détail spécialisés qui vendent des tissus d’habillement

    • Des commerces de détail spécialisés qui vendent des fils à tricoter et des articles de mercerie

    Tous les autres magasins (magasins de vêtements, d’électroménagers, les papeteries, les parfumeries, les drogueries, les magasins de meubles, de jouets, les imprimeurs, les car-wash, magasins pour nourrissons,…) sont fermés mais sont encouragés à poursuivre leurs activités par téléphone ou en ligne, s’ils peuvent garantir les livraisons à domicile. Pour ces commerces, la livraison et le retrait des commandes au sein-même du magasin n’est pas autorisée. Les magasins de tabac et de cigarettes électroniques restent fermés. Toute nouvelle initiative du type pop-up ou vente au garage est interdite.

    Plus d’information pour les indépendants:

  • Quels sont les commerces qui tombent sous la définition de « magasin d’alimentation » ?

    Seuls les magasins et commerces qui vendent principalement des denrées alimentaires peuvent rester ouverts, à condition que :

    • Il n’y ait pas de consommation sur place;

    • Les mesures nécessaires soient prises en ce sens;

    • Ils soient dans la possibilité d’organiser la distanciation sociale entre les clients

    Cela concerne donc par exemple les supermarchés, les épiceries, les magasins agricoles et bio, les boucheries, les boulangeries, les poissonneries, les banques alimentaires, les épiceries sociales… La vente de nourriture via les distributeurs automatiques reste autorisée.

  • Qu’en est-il des magasins mixtes ?

    L’Arrêté Ministériel du 23/03/20 permet aux magasins d’alimentation, y compris les magasins de nuit, ainsi qu’aux magasins d’alimentation pour animaux de rester ouverts. Les magasins d’alimentation (pour les humains et les animaux) qui proposent de manière accessoire du non alimentaire de quelque nature que ce soit (par exemple un espace papeterie) restent ouverts et peuvent continuer de vendre le non-alimentaire. Peuvent ainsi rester ouverts les boucheries, boulangeries, chocolatiers, glaciers, traiteurs, commerces de boissons, pour autant qu’ils ne permettent pas la dégustation sur place. Les magasins qui proposent de l’alimentaire de manière accessoire doivent fermer.

  • Dans quelles conditions les commerces pouvant rester ouverts peuvent-ils fonctionner ?

    Pour tous les magasins, les mesures nécessaires doivent être prises pour garantir le respect des mesures de distance sociale, en particulier le maintien d’une distance d’1,5 mètre entre chaque personne. Cette mesure ne s’applique pas aux personnes qui vivent sous le même toit comme par exemple aux parents à l’égard de leurs enfants.

    Par ailleurs, l’accès aux grandes surfaces, aux magasins d’assortiment général de bricolage, aux jardineries et pépinières, ainsi qu’aux magasins en gros destinés aux professionnels doit être régulé :

    • 1 client par 10 mètres carrés pendant une période de maximum 30 minutes ; • dans la mesure du possible, il est demandé aux personnes de s’y rendre seules.

  • Qui doit surveiller le respect des mesures dans les magasins ?

    Le respect des distanciations sociales relève de la responsabilité de chaque propriétaire de magasin. Il lui appartient de prendre les mesures adéquates pour assurer ce respect. Si il est fait appel à une société de gardiennage pour assurer le respect de ces mesures, cela doit se faire en respect de la loi du 2 octobre 2017 réglementant la sécurité privée et particulière.

  • Quelles sont les heures d’ouverture autorisées pour les magasins qui peuvent rester ouverts ?

    Les magasins d’alimentation peuvent rester ouverts aux jours et heures habituels. Les magasins de nuit peuvent ouvrir de leur heure d’ouverture habituelle jusqu’au plus tard 22h. Les autorités locales peuvent, dans des circonstances particulières et temporaires, accorder une dérogation relative aux heures d’ouverture et d’approvisionnement aux commerces situés sur leur territoire. Cela doit se faire à la demande des commerçants concernés et ne peut durer que maximum 15 jours par an.

  • Les magasins peuvent-ils ouvrir avant 7 heures?

    Oui, s’il s’agit de leurs heures habituelles. Les autres magasins ne peuvent pas ouvrir avant 7 heures.

  • Les magasins d’alimentation peuvent-ils déplacer leur jour de repos ?

    Les petits commerçants du secteur de l’alimentation doivent rester fermés lors de leur jour de repos hebdomadaire. Les magasins de nuit doivent aussi respecter leur jour de repos hebdomadaire. Si un commerçant souhaite modifier son jour de repos hebdomadaire, il doit alors le faire pour au moins 6 mois. Plus d’info : https://economie.fgov.be/fr/themes/ventes/reglementation/heures-douverture-et-repos

  • Peut-on obliger un commerce ou une entreprise à rester ouvert(e) ?

    Si l’ordre public ou l’intérêt public l’exige, le bourgmestre peut prendre l’arrêté de police nécessaire, y compris concernant l’ouverture d’un commerce ou d’une entreprise.

  • Des services de sécurité peuvent-ils être fournis pour la surveillance et l'assurance de la chaîne alimentaire, de l'approvisionnement et de la vente au détail ?

    Oui, les services de sécurité privés et spéciaux font partie des secteurs cruciaux et des services essentiels énumérés dans l’annexe de l’arrêté ministériel du 23 mars 2020.

  • Comment dois-je nettoyer et désinfecter mon commerce ?

    N’importe quel produit de nettoyage disponible dans le commerce peut être utilisé pour nettoyer les surfaces de travail, les sols, les murs… Le mode d’emploi doit être pour ce faire scrupuleusement suivi et il faut ensuite procéder à un rinçage abondant avec de l’eau potable. Seuls les biocides autorisés peuvent être utilisés pout procéder à la désinfection des locaux de votre entreprise. Les conditions d’utilisation mentionnées sur l’étiquette et dans l’acte d’autorisation doivent être scrupuleusement respectées. Il peut par exemple être nécessaire de protéger ou d’enlever les denrées alimentaires présentes dans le local traité ou de rincer abondamment les surfaces traitées avec de l’eau potable. Pulvériser volontairement des fruits et légumes avec un biocide en vue de les « désinfecter » est une pratique interdite. Les biocides peuvent être nuisibles pour la santé. La liste donnant un aperçu des biocides autorisés et de leur conditions d’emploi peut être consultée via ce lien : https://www.health.belgium.be/fr/liste-des-biocides-autorises-et-rapport-annuel

  • Doit-on faire des stocks de nourriture ?

    Ce n’est pas nécessaire : les magasins d’alimentations continuent à être approvisionnés normalement et restent ouverts comme d’habitude.

  • Puis-je encore payer par cash ?

    Les paiements électroniques sont encouragés. L’argent cash n’est pas contaminé mais payer de manière électronique vous permet de garder la distance sociale.

  • Que se passe-t-il avec les garanties légales des biens de consommation ?

    Il n’y a pas d’exception aux règles habituelles : le consommateur doit informer le vendeur du défaut (courrier, e-mail, etc.) dans les plus brefs délais et ne pas aggraver le dégât. Le consommateur pourra ainsi démontrer que le problème est survenu pendant cette période exceptionnelle et qu’il a fait le nécessaire pour le signaler au vendeur, comme il est requis. A partir de ce moment, le délai de garantie est en principe suspendu, jusqu’à ce que le vendeur apporte une solution (réparation ou remplacement). Même s’il était dans l’impossibilité de recevoir l’information en raison d’une fermeture pour COVID-19, le vendeur ne devrait pas pouvoir invoquer le dépassement du délai pour refuser d’intervenir.

  • Des bénévoles peuvent-ils proposer leurs services aux entreprises des secteurs cruciaux et services essentiels ?

    En vertu de la loi du 3 juillet 2005 relative aux droits des volontaires, les volontaires ne peuvent en principe être engagés que par des organisations qui poursuivent un objectif sans but lucratif.

  • Les cafés et restaurants resteront-ils ouverts ?

    Les cafés, lieux de sortie et salles de fêtes doivent fermer et les restaurants doivent fermer leur salle. L’interdiction est également valable pour les terrasses de ces établissements ainsi que pour les restaurants d’entreprises. Ces établissements doivent rentrer leur mobilier de terrasse.

    Plus d’information pour les indépendants:

  • Les plats à emporter et livraisons à domicile sont-ils toujours autorisés ?

    Les livraisons à domicile et take-away ne sont pas interdits. Cela peut se faire durant les heures d’ouverture habituelles, moyennant le respect des mesures de distance sociale. Lorsque l’attente se fait à l’extérieur, les clients doivent également respecter les mesures de distanciation sociale.

  • Les friteries et sandwicheries resteront-ils ouverts ?

    Les sandwicheries, friteries et snacks restent ouverts. Leurs tenanciers doivent faire en sorte d’éviter les files d’attente et de les organiser à l’extérieur. La consommation sur place est cependant interdite, y compris sur les terrasses de ces établissements.

  • Les food-trucks, kiosques et stands alimentaires sont-ils autorisés ?

    Non, ils doivent être assimilés à des échoppes d’alimentation que l’on trouve sur les marchés, ils ne peuvent dès lors pas être ouvert. Exception est faite dans les zones ne disposant pas d’infrastructures commerciales alimentaires. Le bourgmestre décide en fonction des besoins de sa commune si un marché est nécessaire ou non dans le cadre de l’approvisionnement alimentaire. Ils peuvent livrer à domicile sur commande, moyennant le respect des mesures de distance sociale. Les vendeurs ambulants de poulets rôtis ou de crèmes glacées sont assimilés à un foodtruck/stand d’alimentation.

  • Les hôtels et apparthotels peuvent-ils rester ouverts ?

    Afin de répondre aux besoins de logement de voyages essentiels, les hôtels et apparthotels restent ouverts sans procurer l’accès à un bar, un restaurant (room-service autorisés), des salles communes et des espaces récréatifs. Les salles de réunion sont fermées.

  • Les restaurants des hôtels peuvent-ils rester ouverts ?

    La cuisine d’un hôtel peut rester ouverte mais sa salle de restaurant doit fermer : elle peut donc proposer du room-service.

  • Qu’en est-il des autres types de logement ?

    Parcs de vacances, maisons d’hôtes, gîtes, B&B, AirBnB, campings, caravanes, mobile-homes,… doivent fermer pour les activités de tourisme. Les éventuelles personnes qui y résident de manière permanente peuvent évidemment y rester. Ces dispositions s’appliquent également aux résidents permanents d’une caravane mobile. Afin d’éviter les mélanges massifs de personnes qui se rassemblent sur un même site, seulement les déplacements essentiels, les activités physiques individuelles sont autorisées.

    Plus d’information pour les indépendants:

  • Certains parcs et maisons de vacances servent de logement fixe à des employés d’Electrabel pour des services essentiels (parcs éoliens maritimes, Doel, Tihange,…). Constituent-ils une exception ?

    Les personnes dont ces lieux sont le logement permanent peuvent continuer à y demeurer.

  • Qu’en est-il des emplacements occupés par les gens du voyage ?

    Les résidents fixes peuvent y rester. Se déplacer d’un terrain à l’autre n’est pas considéré comme un déplacement essentiel, il est donc demandé aux bourgmestres de prendre les mesures nécessaires afin de faciliter leur séjour jusqu’à la fin de la crise.

  • Les commerces qui font de la vente en ligne peuvent-ils continuer leurs activités, même s’il s’agit de secteurs non essentiel (vêtements, listes de naissance, parfumerie,…)?

    Oui, ils peuvent continuer leurs activités si la distanciation sociale peut être garantie. La livraison à domicile est privilégiée (sans entrer dans l’habitation). Le retrait aux points de collectes officiels est permis.

    Les commerces qui voudraient mettre en place un système de vente en ligne, doivent prévoir une livraison à domicile ou en point relais officiel. Les clients ne peuvent venir retirer leurs commandes directement au magasin.

  • Est-ce que je peux encore commander des colis en ligne ?

    Oui, les magasins en ligne restent ouverts et peuvent continuer à livrer. La prise en charge de votre colis est réalisée sans contact.

  • Les services de livraison à domicile (Bpost, DHL,…) peuvent-ils continuer leurs activités ?

    Oui, cela est même encouragé, à condition de respecter les mesures de distanciation sociale. Le retrait aux points de collecte officiels est autorisé.

  • Les magasins qui vendent de la nourriture et de la nourriture pour les animaux peuvent également vendre des fleurs à condition de respecter les mesures de distanciation sociale.

    Les magasins qui vendent de la nourriture et de la nourriture pour les animaux peuvent également vendre des fleurs à condition de respecter les mesures de distanciation sociale.

  • Les marchés sont-ils toujours organisés ?

    Les marchés et autres activités ambulantes sont interdits, sauf les échoppes d’alimentation dans les zones ne disposant pas d’infrastructures commerciales alimentaires (ex : supermarchés). Le Bourgmestre décide, sur base des besoins dans sa commune, si un marché est nécessaire dans le cadre de la continuité de l’approvisionnement alimentaire, conformément à la Loi du 25 juin 1993 sur l’exercice et l’organisation des activités ambulantes et foraines . .

  • Le tenancier d’un étal de marché peut-il organiser de la vente à domicile ?

    Oui, il peut livrer à domicile sur commande à condition de respecter les mesures de distanciation sociale. Le porte-à-porte n’est pas autorisé.

  • Les magasins de dispositifs médicaux (entre autres les magasins de soins à domicile, les opticiens, les centres auditifs, …) peuvent-ils rester ouverts ?

    Ils sont ouverts, moyennant le respect des mesures de distance sociale, mais uniquement pour les urgences, en ne recevant qu’un seul client à la fois et ce, sur rendez-vous. Les soins et ventes qui peuvent être postposés doivent l’être. Les examens de la vue sont fortement déconseillés en raison du risque de contamination via le liquide oculaire.

  • Les salons de coiffure peuvent-ils rester ouverts ?

    Les salons de coiffure doivent fermer.

    Plus d’information pour les indépendants:

  • Les centres esthétiques et salons de bronzage peuvent-ils ouvrir ?

    Les centres d’esthétiques, de pédicure, de soins de pieds spécialisés et de bronzage doivent fermer. Ces praticiens ne peuvent pas exercer au domicile de leur client ni sur rendez-vous.

    Plus d’information pour les indépendants:

  • Est-ce que les salons de tatouages peuvent rester ouverts ?

    Non, ils doivent être fermés.

    Plus d’information pour les indépendants:

  • Les activités de construction peuvent-elles être poursuivies ?

    Toutes les activités de construction peuvent avoir lieu en intérieur et en extérieur, y compris les activités d’un géomètre, en respectant, dans la mesure du possible, les règles de distanciation sociale et/ou l’application de mesures offrant un niveau de protection au moins équivalent. Le guide générique de bonnes pratiques publié par le SPF Emploi, Travail et Concertation sociale, en collaboration avec le Groupe des Dix, peut servir de référence à ce niveau. ( https://emploi.belgique.be/fr/themes/coronavirus/au-travail-en-toute-securite-pendant-la-crise-du-coronavirus-guide-generique-et ) Les commerces en matériaux de construction peuvent continuer à approvisionner leurs clients mais uniquement pour l’usage professionnel et en respectant la règle d’un client par 10 m2. La vente à distance avec livraison à domicile est autorisée pour les particuliers.

    Plus d’information via https://economie.fgov.be/

  • Les réparations urgentes dans les secteurs de la sécurité, de l’hygiène et de l’informatique peuvent-elles être effectuées ?

    Les réparations et interventions urgentes à domicile peuvent être effectuées à la demande du client ou de l’entreprise, sur rendez-vous et sous réserve du respect des mesures de distanciation sociale. Toutes les réparations et dépannages urgents peuvent être effectuées. Par exemple : les plombiers, garagistes, fournisseurs télécom peuvent effectuer des réparations.

  • Les ramoneurs peuvent-ils encore travailler ?

    Oui, les ramoneurs peuvent encore travailler, à condition de respecter les mesures de distanciation sociale.

  • Les services de réparation de véhicules peuvent-ils poursuivre leurs activités ?

    Les garagistes, magasins de pneus et réparateurs de pare-brise peuvent rester ouverts, mais uniquement pour effectuer des réparations urgentes, sur rendez-vous et moyennant le respect des mesures de distance sociale. Il s’agit des réparations qui sont nécessaires pour garantir la sécurité du véhicule (réparation des freins, réparation des phares, remplacement des pneus hivers par des pneus été…). La même mesure s’applique aux réparateurs de vélos. Les services de réparation/interventions urgentes à domicile peuvent continuer d’exercer à la demande du consommateur ou de l’entreprise, sur rendez-vous et moyennant le respect des mesures de distance sociale.

  • Qu'en est-il de l'assistance dépannage automobile ?

    Le service de dépannage des véhicules peut rester opérationnel pendant la semaine et le week-end.

  • Les car-wash sont-ils ouverts ?

    Non, les car-wash doivent fermer.

    Plus d’information pour les indépendants:

  • Les salons-lavoir sont-ils ouverts ?

    Oui, les laveries automatiques peuvent rester ouvertes selon leurs horaires normaux. Il vous faut cependant respecter les mesures d’hygiène et de distanciation sociale nécessaires.

  • Les pressings peuvent-ils rester ouverts ?

    Ils sont fermés, mais peuvent laver les vêtements et les uniformes nécessaires à un emploi dans les secteurs essentiels, sur rendez-vous et moyennant le respect des mesures de distance sociale.

  • Les aides ménagère peuvent-elles continuer à aller chez leurs clients ?

    Oui, à condition que les mesures de distanciation sociale soient respectées.

  • Les laveurs de vitres indépendants ou organisés par une entreprise peuvent-ils continuer à travailler et à répondre aux exigences des entreprises qui font appel à eux ?

    Oui, s’ils respectent la distance sociale.

  • Les personnes qui travaillent en extérieur (ouvriers communaux, services environnementaux, jardiniers, balayeurs) doivent-elles rester à la maison ?

    Ils peuvent continuer à travailler pour autant que leur employeur puisse garantir les mesures de distanciation sociale pendant leur travail et leurs transports professionnels.

  • Les photographes sont-ils autorisés à effectuer des reportages en extérieur ?

    Non.

    Plus d’information pour les indépendants:

  • Est-ce que je peux encore aller à la banque ou à la poste ?

    Oui, ces services figurent parmi les exceptions qui peuvent rester ouvertes à leurs horaires habituels. Ils doivent cependant garantir que la distance sociale puisse être respectée.

  • La Banque nationale peut-elle rester ouverte ?

    Oui, la Banque Nationale continue de fonctionner. Les règles de distanciation sociale sont respectées au maximum. Les guichets sont par contre fermés.

  • Les bureaux de change et les bureaux pour les transferts d'argent internationaux peuvent-ils rester ouverts ?

    Ces services peuvent rester ouverts, tout en respectant la distance sociale. Le trafic des paiements internationaux doit rester garanti.

  • Les bureaux d'assurance peuvent-ils rester ouverts ?

    Oui, mais ils sont encouragés à généraliser l’usage du téléphone et d’internet pour poursuivre leurs activités.

  • Un expert en assurance peut-il se rendre sur place ?

    Oui. Cela n’est toutefois recommandé que pour des questions urgentes. Les règles de distanciation sociale doivent être respectées au maximum.

  • Les avocats, notaires et huissiers de justice peuvent-ils continuer à recevoir leurs clients, notamment pour la signature d’actes ?

    Oui, si c’est nécessaire et si les mesures d’hygiène et de distanciation sociale sont respectées. Ils doivent appliquer le télétravail et les échanges électroniques avec leurs clients au maximum. Plus d’information sur le fonctionnement adapté de la Justice: https://justice.belgium.be/fr/corona

  • Les représentants commerciaux peuvent-ils continuer à travailler ?

    Les activités de représentation commerciale considérées comme business to business sont autorisées. Le télétravail est recommandé là où il est possible.

    Plus d’information pour les indépendants:

  • Les activités liées au marché du logement (telles que les visites à domicile par les agents immobiliers, le contrôle du service foncier municipal, certificat PEB ...) peuvent-elles encore avoir lieu ?

  • Les géomètres peuvent-ils poursuivre leurs activités ?

    Seules les activités nécessaires peuvent se poursuivre, les autres doivent être différées.

  • Les déménagements (avec ou sans entreprise de déménagement) sont-ils autorisés ?

    Il est conseillé de postposer tous les déménagements qui peuvent l’être. Un déménagement urgent à l’intérieur du pays, depuis le pays et vers le pays est autorisé, moyennant, si possible, le respect des mesures de distance sociale. La notion d’urgence vise:

      1. l’insalubrité du logement ou le péril imminent qu’il fait courir à la santé des occupants ;

      1. la situation financière des occupants qui ne sont pas en mesure de payer deux logements en même temps;

      1. le fait qu’un nouveau locataire, sans autre alternative de logement, doit entrer dans le logement occupé devant être libéré par le déménagement en cause.

      1. les motifs professionnels.

  • Je travaille dans le secteur de la sécurité privée, puis-je aller travailler ?

    Dans le cadre des mesures actuelles, l’exception ne vise que les activités fondamentales et nécessaires de sécurité privée et particulière.

    Le secteur du gardiennage, composé des entreprises et services internes de gardiennage, ainsi que les services de sécurité des sociétés de transports en commun, peuvent poursuivre leurs activités et missions.

    Pour les installateurs de systèmes d’alarmes et de caméras, seuls les entretiens et dépannages urgents font l’objet d’une exception. Sur les autres activités quotidiennes ordinaires, comme le placement de nouvelles installations, les mesures générales sont d’application, comme le maintien de la distance d’ 1,5 mètre entre chaque personne.

    Les centres de formations de sécurité privée peuvent poursuivre leurs activités uniquement via un enseignement à distance.

    Les conseillers en sécurité peuvent poursuivre leurs activités uniquement par voie digitale.

  • Qu’en est-il des commerces pour professionnels ?

    Les commerces en gros peuvent continuer leurs activités à l’attention des professionnels, à conditions de respecter les mesures de distanciation sociale. Sont ainsi autorisées la vente en magasin ou à distance et la livraison et le retrait en magasin pour les professionnels.

  • Les marchés en gros pour les professionnels (criée, marché matinal à Bruxelles,…) peuvent-ils poursuivre leurs activités ?

    Oui. Les mesures de distanciation sociale doivent être respectées au maximum.

  • Les commerces en matériaux de construction peuvent-ils continuer à approvisionner leurs clients ?

    Oui, en ce qui concerne les magasins d’assortiment général de bricolage.

    Les autres commerces en matériaux de construction le peuvent mais uniquement pour l’usage professionnel et en respectant la règle d’un client par 10 mètres carrés maximum. Pour les particuliers, le recours à l’e-commerce ou la livraison à domicile est autorisé. Toute livraison doit avoir lieu moyennant le respect des mesures de distance sociale.

  • Les magasins qui effectuent des livraisons pour l’agriculture peuvent-ils rester ouverts ?

    Oui, toutes les entreprises qui fournissent le secteur agricole (produits phyto, fourrage, nourriture,…) continuent à travailler mais doivent respecter la distance sociale. Le télétravail est recommandé dès que possible.

  • Les blanchisseries industrielles qui nettoient notamment les draps de lit des institutions de soin peuvent-ils rester ouverts ? Selon quelles conditions doivent-elles travailler ?

    Oui.

  • Qu'en est-il de la contamination des emballages et des denrées alimentaires ?

    Le site de l’AFSCA fournit des informations de clarification aux consommateurs et aux opérateurs de la chaîne alimentaire : http://www.favv.be/professionnels/publications/communications/coronavirus.asp

  • Les points de service ou de vente du secteur des télécommunications sont-ils accessibles ?

    Les magasins de télécommunication (à l’exclusion des magasins qui ne vendent que des accessoires) peuvent ouvrir mais uniquement pour les urgences (téléphones, modems, décodeurs, cartes SIM) à condition qu’un rendez-vous soit pris à l’avance et de ne faire entrer qu’un seul client à la fois moyennant le respect des mesures de distance sociale. La vente de nouveaux services n’est pas autorisée dans ces points de service ou de vente.

  • Comment effectuer les réparations/installations et les livraisons du matériel nécessaire en matière de télécommunications ?

    Contactez votre opérateur via les canaux de communication généraux (par exemple, téléphone, e-mail, site Internet). En cas de livraison par la poste ou de livraison à domicile par un technicien, les mesures de distance sociale doivent être respectées.

  • Puis-je changer de service de télécommunication ou modifier mon service de télécommunication actuel ?

    Vous pouvez contacter votre opérateur via les canaux de communication généraux (par exemple, téléphone, e-mail, site Internet).

  • Les magasins vendant des fleurs et des plantes peuvent-ils ouvrir ?

    Les jardineries et les pépinières peuvent ouvrir leurs portes au public.

    On entend par jardineries et pépinières les commerces qui vendent principalement des plantes et/ou des arbres.

    Comme pour tous les magasins, les mesures nécessaires doivent être prises pour garantir le respect des mesures de distance sociale, en particulier le maintien d’une distance d’1,5 mètre entre chaque personne.

    Par ailleurs, l’accès à ces magasins doit être régulé :

    • 1 client par 10 mètres carrés pendant une période de maximum 30 minutes ;

    • dans la mesure du possible, il est demandé aux personnes de s’y rendre seules.

    Les autres magasins qui ne sont pas couverts par la définition de jardinerie ou pépinière parce qu’ils vendent principalement des fleurs coupées (par exemple les fleuristes) sont fermés au public. Les magasins qui vendent principalement du mobilier de jardin sont également fermés au public. En revanche, ces commerces peuvent continuer à vendre en ligne et par téléphone en assurant la livraison à domicile.

  • Quels sont les magasins de bricolage qui peuvent ouvrir ?

    Peuvent ouvrir les magasins d’assortiment général de bricolage vendant principalement des outils et/ou des matériaux de construction.

    Comme pour tous les magasins, les mesures nécessaires doivent être prises pour garantir le respect des mesures de distance sociale, en particulier le maintien d’une distance d’1,5 mètre entre chaque personne.

    Par ailleurs, l’accès à ces magasins doit être régulé :

    • 1 client par 10 mètres carrés pendant une période de maximum 30 minutes ;

    • dans la mesure du possible, il est demandé aux personnes de s’y rendre seules.

    Par ailleurs, les magasins spécialisés ne vendant qu’un type de fourniture (sanitaires, plomberie, électricité, carrelages, peintures…) restent fermés au public.  En revanche, ces commerces peuvent continuer à vendre en ligne et par téléphone en assurant la livraison à domicile.

Mesures concernant les loisirs

  • Les rassemblements sont-ils autorisés ?

    Les activités privées et publiques à caractère culturel, social, festif, folklorique, sportif et récréatif sont interdites. Sont néanmoins autorisées les promenades et les activités physiques (en ce compris les balades à moto) en plein air n’impliquant pas de contact physique et à la condition qu’elles soient exercées

    • seul ;

    • en compagnie de personnes vivant sous le même toit ; Sont ici également visées les communautés de jeunes et leur accompagnant issus d’institutions de la jeunesse vivant sous le même toit.

    • et/ ou en compagnie de maximum deux autres personnes qui doivent toujours être les mêmes, moyennant le respect d’une distance d’1,5 mètre entre chaque personne.

    Ces activités sont autorisées pour le temps nécessaire pour les exercer. Après l’exercice de ces activités, le retour à son domicile est obligatoire. Il reste interdit de s’installer dans les parcs. Une tolérance sera appliquée pour les personnes âgées et les femmes enceintes. De la même manière, les mesures ne peuvent s’appliquer strictement aux personnes à mobilité réduite ou souffrant d’un handicap mental.

    Sont également interdits les pique-niques et bains de soleil dans ces parcs.

    Par ailleurs, l’utilisation d’un véhicule motorisé dans le cadre de l’exercice d’une activité physique et des promenades n’est autorisée que pour se rendre dans les lieux (ex. bois à distance raisonnable) ou infrastructures sportives nécessaires à l’exercice de l’activité physique en question ou de la promenade. Il est rappelé que les activités touristiques et les excursions ne sont pas autorisées.

  • Les festivals sont-ils annulés ?

    Les festivals ne pourront être organisés avant le 31 août inclus. Plus d’information sur les annulations d’événements: https://economie.fgov.be/fr/themes/entreprises/coronavirus/coronavirus-annulation

  • Les théâtres et cinémas restent-ils ouverts ?

    Les théâtres, opéras, cinémas et centres culturels sont fermés au public.

  • Les processions, carnavals, fêtes d’étudiants peuvent-ils avoir lieu ?

    Ces événements sont interdits .

  • Les musées et expositions, vernissages, avant-premières, etc. et attractions touristiques sont-ils toujours accessibles ?

    Les musées, expositions et attractions touristiques sont fermés au public jusqu’au 10 mai inclus. Les agences de tourisme sont également fermées.

  • Les académies de dessin et de musique organisent-elles toujours leurs cours ?

    Elles peuvent uniquement donner des leçons à distance.

  • Les parcs d’attraction et centres récréatifs sont-ils fermés ?

    Les parcs d’attractions, parcs animaliers, plaines de jeux intérieures et extérieures, casinos, bureaux de paris et centre récréatifs sont fermés.

  • Quelles activités physiques sont autorisées ?

    Les activités physiques sont autorisées à la condition qu’elles :

    • Soient exercées en plein air ;

    • N’impliquent pas de contact physique ;

    • Soient exercées seul ou en compagnie de personnes vivant sous le même toit (sont ici également visées les communautés de jeunes et leur accompagnant issus d’institutions de la jeunesse vivant sous le même toit) et/ ou en compagnie de maximum deux autres personnes qui doivent toujours être les mêmes (moyennant le respect des mesures de distance physique et d’une distance physique de 1,5 mètre entre chaque personne).

    Les infrastructures nécessaires à l’exercice de ces sports en plein air peuvent ouvrir à l’exclusion des vestiaires, douches et cafétarias. Les toilettes et les distributeurs automatiques de boissons restent en service. Par infrastructures, il faut entendre les clubs et terrains de ces sports. La location ou la vente de matériel est cependant interdite.

  • Les salles de sports sont-elles fermées ?

    Les salles de sport (y compris les entrainements individuels), de fitness et piscines sont fermées.

  • Qu'en est-il des compétitions et activités sportives dans le cadre des mouvements de jeunesse ?

    Les activités dans le cadre des mouvements de jeunesse, des compétitions sportives, des camps sportifs et récréatifs, les activités en groupe (sorties à vélos en groupe, randonnées en groupe,…), karting pour une ou plusieurs personnes, cours d’équitation privés, surf… sont annulées.

  • Les athlètes de haut niveau bénéficient-ils d'un accès exceptionnel aux installations sportives ?

    Oui s’ils disposent du statut de sportif de haut niveau et s’ils peuvent s’entrainer seuls ou avec au maximum deux autres personnes (toujours les mêmes personnes). Les entrainements en groupe ne sont pas permis. Les entraînements en groupe sont interdits.

  • Les sports d'eau sont-ils autorisés (en ce compris la navigation de plaisance) ?

    Oui, pour autant que les conditions listées à la question « Quelles activités physiques sont autorisées ? » soient remplies.

  • Puis-je encore utiliser mon drone ?

    L’utilisation récréative de votre drone n’est autorisée que sur votre propriété privée rattachée à votre domicile. Vous trouverez plus d’informations sur le site https://mobilit.belgium.be/fr/transport_aerien/drones/vols_de_drones_covid19

  • La chasse peut-elle continuer ?

    La réglementation régionale doit être suivie.

  • La pêche est-elle autorisée ?

    Oui. Si cette activité se pratique au sein d’un club, seuls les toilettes et les distributeurs automatiques de boissons restent en service.

  • La location privée de châteaux gonflables est-elle possible ?

    Non.

  • Qu'en est-il de la prostitution et des quartiers de prostitution ?

    Ils restent fermés.

  • Puis-je gérer une crise environnementale ou sanitaire sur ma propriété ?

    Pour assurer ses obligations découlant de la gestion des crises environnementales et sanitaires, tout propriétaire peut se déplacer sur sa propriété afin de réaliser les obligations qui lui incombent en terme de lutte contre les organismes nuisibles aux végétaux et aux produits végétaux, notamment inscrite dans l’arrêté du 19/11/1987.

 

Mesures concernant les loisirs

  • Les rassemblements sont-ils autorisés ?

    Les activités privées et publiques à caractère culturel, social, festif, folklorique, sportif et récréatif sont interdites. Sont néanmoins autorisées les promenades et les activités physiques (en ce compris les balades à moto) en plein air n’impliquant pas de contact physique et à la condition qu’elles soient exercées

    • seul ;

    • en compagnie de personnes vivant sous le même toit ; Sont ici également visées les communautés de jeunes et leur accompagnant issus d’institutions de la jeunesse vivant sous le même toit.

    • et/ ou en compagnie de maximum deux autres personnes qui doivent toujours être les mêmes, moyennant le respect d’une distance d’1,5 mètre entre chaque personne.

    Ces activités sont autorisées pour le temps nécessaire pour les exercer. Après l’exercice de ces activités, le retour à son domicile est obligatoire. Il reste interdit de s’installer dans les parcs. Une tolérance sera appliquée pour les personnes âgées et les femmes enceintes. De la même manière, les mesures ne peuvent s’appliquer strictement aux personnes à mobilité réduite ou souffrant d’un handicap mental.

    Sont également interdits les pique-niques et bains de soleil dans ces parcs.

    Par ailleurs, l’utilisation d’un véhicule motorisé dans le cadre de l’exercice d’une activité physique et des promenades n’est autorisée que pour se rendre dans les lieux (ex. bois à distance raisonnable) ou infrastructures sportives nécessaires à l’exercice de l’activité physique en question ou de la promenade. Il est rappelé que les activités touristiques et les excursions ne sont pas autorisées.

  • Les festivals sont-ils annulés ?

    Les festivals ne pourront être organisés avant le 31 août inclus. Plus d’information sur les annulations d’événements: https://economie.fgov.be/fr/themes/entreprises/coronavirus/coronavirus-annulation

  • Les théâtres et cinémas restent-ils ouverts ?

    Les théâtres, opéras, cinémas et centres culturels sont fermés au public.

  • Les processions, carnavals, fêtes d’étudiants peuvent-ils avoir lieu ?

    Ces événements sont interdits .

  • Les musées et expositions, vernissages, avant-premières, etc. et attractions touristiques sont-ils toujours accessibles ?

    Les musées, expositions et attractions touristiques sont fermés au public jusqu’au 10 mai inclus. Les agences de tourisme sont également fermées.

  • Les académies de dessin et de musique organisent-elles toujours leurs cours ?

    Elles peuvent uniquement donner des leçons à distance.

  • Les parcs d’attraction et centres récréatifs sont-ils fermés ?

    Les parcs d’attractions, parcs animaliers, plaines de jeux intérieures et extérieures, casinos, bureaux de paris et centre récréatifs sont fermés.

  • Quelles activités physiques sont autorisées ?

    Les activités physiques sont autorisées à la condition qu’elles :

    • Soient exercées en plein air ;

    • N’impliquent pas de contact physique ;

    • Soient exercées seul ou en compagnie de personnes vivant sous le même toit (sont ici également visées les communautés de jeunes et leur accompagnant issus d’institutions de la jeunesse vivant sous le même toit) et/ ou en compagnie de maximum deux autres personnes qui doivent toujours être les mêmes (moyennant le respect des mesures de distance physique et d’une distance physique de 1,5 mètre entre chaque personne).

    Les infrastructures nécessaires à l’exercice de ces sports en plein air peuvent ouvrir à l’exclusion des vestiaires, douches et cafétarias. Les toilettes et les distributeurs automatiques de boissons restent en service. Par infrastructures, il faut entendre les clubs et terrains de ces sports. La location ou la vente de matériel est cependant interdite.

  • Les salles de sports sont-elles fermées ?

    Les salles de sport (y compris les entrainements individuels), de fitness et piscines sont fermées.

  • Qu'en est-il des compétitions et activités sportives dans le cadre des mouvements de jeunesse ?

    Les activités dans le cadre des mouvements de jeunesse, des compétitions sportives, des camps sportifs et récréatifs, les activités en groupe (sorties à vélos en groupe, randonnées en groupe,…), karting pour une ou plusieurs personnes, cours d’équitation privés, surf… sont annulées.

  • Les athlètes de haut niveau bénéficient-ils d'un accès exceptionnel aux installations sportives ?

    Oui s’ils disposent du statut de sportif de haut niveau et s’ils peuvent s’entrainer seuls ou avec au maximum deux autres personnes (toujours les mêmes personnes). Les entrainements en groupe ne sont pas permis. Les entraînements en groupe sont interdits.

  • Les sports d'eau sont-ils autorisés (en ce compris la navigation de plaisance) ?

    Oui, pour autant que les conditions listées à la question « Quelles activités physiques sont autorisées ? » soient remplies.

  • Puis-je encore utiliser mon drone ?

    L’utilisation récréative de votre drone n’est autorisée que sur votre propriété privée rattachée à votre domicile. Vous trouverez plus d’informations sur le site https://mobilit.belgium.be/fr/transport_aerien/drones/vols_de_drones_covid19

  • La chasse peut-elle continuer ?

    La réglementation régionale doit être suivie.

  • La pêche est-elle autorisée ?

    Oui. Si cette activité se pratique au sein d’un club, seuls les toilettes et les distributeurs automatiques de boissons restent en service.

  • La location privée de châteaux gonflables est-elle possible ?

    Non.

  • Qu'en est-il de la prostitution et des quartiers de prostitution ?

    Ils restent fermés.

  • Puis-je gérer une crise environnementale ou sanitaire sur ma propriété ?

    Pour assurer ses obligations découlant de la gestion des crises environnementales et sanitaires, tout propriétaire peut se déplacer sur sa propriété afin de réaliser les obligations qui lui incombent en terme de lutte contre les organismes nuisibles aux végétaux et aux produits végétaux, notamment inscrite dans l’arrêté du 19/11/1987.

Mesures concernant le travail dans les entreprises

  • Quelles sont les principes généraux pour les entreprises ?

    Pour les entreprises ne relevant pas des secteurs cruciaux et services essentiels :

    • le télétravail à domicile est recommandé dans toutes les entreprises pour tous les membres du personnel dont la fonction s’y prête.

    • lorsque le télétravail n’est pas appliqué, les entreprises adoptent les mesures appropriées pour garantir le respect maximal des règles de distanciation sociale, en particulier le respect d’une distance d’1,5m entre les personnes

    • à défaut de pouvoir garantir le respect des règles de distanciation sociale, offrir un niveau de protection au moins équivalant.

    L’application de ces principes est garantie au niveau de l’entreprise via l’adoption de mesures de prévention appropriées telles que celles définies dans le « guide générique en vue de lutter contre la propagation du COVID-19 au travail » disponible à l’adresse : https://emploi.belgique.be/sites/default/files/content/news/Guidegenerique_light.pdf , éventuellement complété par :

    • des directives au niveau sectoriel ;

    • et/ou des directives de l’entreprise ;

    • et/ou d’autres mesures appropriées qui offrent un niveau de protection au moins équivalent.

    Les mesures collectives ont toujours priorité sur les mesures individuelles.

    Pour les entreprises relevant des secteurs cruciaux et services essentiels :

    Ces entreprises et services sont tenues de mettre en œuvre, dans la mesure du possible, le système de télétravail à domicile et les règles de distanciation sociale.
    Les secteurs et les employés qui appartiennent aux secteurs cruciaux et aux services essentiels et qui n’ont pas interrompu leurs activités et qui ont déjà pris eux-mêmes les mesures nécessaires, peuvent utiliser le guide générique mentionné ci-dessus comme une source d’inspiration.

    Plus d’informations concernant les entreprises: https://economie.fgov.be/fr/themes/entreprises/coronavirus/coronavirus-informations-pourWallon et Plus d’informations sur les mesures de soutien aux entreprises: https://indemnitecovid.wallonie.be/#/

  • Le télétravail est-il obligatoire ?

    Le télétravail est recommandé dans toutes les entreprises et services quelle que soit leur taille, pour toutes les fonctions où il est possible de l’organiser.

  • Qu’en est-il des fonctions pour lesquelles le télétravail n’est pas possible ?

    Pour les fonctions où le télétravail n’est pas appliqué, les travailleurs peuvent se rendre sur leur lieu de travail selon les principaux généraux exposés ci-dessus.

  • Les espaces de travail en commun peuvent-ils encore être loués ?

    Oui, si les gens qui y travaillent ne peuvent pas faire du télétravail. Ils doivent appliquer strictement la distance sociale et les mesures d’hygiène. Les personnes issues des secteurs essentiels sont également autorisées à se rendre dans les espaces de travail en commun et doivent respecter autant que possible la distance sociale.

  • En dehors des travailleurs, qui peut se rendre dans les locaux des entreprises ?

    En ce qui concerne l’accès aux tiers, les règles sont différentes selon qu’on soit une entreprise relevant d’un secteur crucial ou d’un service essentiel ou non.

    • Secteurs non-cruciaux et services non-essentiels : fermés aux tiers à l’exception du public dans le cadre des relations entre professionnels tels que par exemple les clients professionnels, les fournisseurs et les contractants dans le respect des mesures de distanciation sociale ou de mesures de protection équivalente. Il est néanmoins recommandé d’organiser au maximum les relations professionnelles à distance.

    • Secteurs cruciaux et services essentiels : accessibles à tout public mais uniquement dans les limites prévue par l’Arrêté Ministériel du 23 mars 2020 et pour autant que les interactions avec le public ne puissent pas avoir lieu à distance. Les règles de distanciation sociale doivent être respectées dans la mesure du possible. Cela vise par exemple un client qui se rend chez son garagiste pour une réparation urgente.

  • Les sous-traitant et services auxiliaire des secteurs essentiels sont-ils autorisés à exercer leurs activités ?

    Dans la mesure où ceux-ci permettent aux secteurs essentiels de continuer à servir la population, ceux-ci sont soumis à la même réglementation que les secteurs cruciaux et services essentiels.

  • Que se passe-t-il si un employeur interdit le télétravail pour des "raisons organisationnelles" ?

    L’employé peut déposer une plainte via le site web du SPF Emploi : https://emploi.belgique.be/fr/actualites/coronavirus-que-puis-je-faire-si-mon-employeur-ne-respecte-pas-les-mesures.

  • Les contrôles fiscaux à domicile peuvent-ils se poursuivre ?

    Pour plus d’information à ce sujet, vous pouvez consulter ce lien : https://finances.belgium.be/fr/Actualites/coronavirus-report-des-controles-sur-place-non-essentiels

  • Qu'en est-il des inspections techniques des installations et des contrôles de maintenance ?

    Les entretiens d’installation qui ne sont pas imposés par la loi et qui ne sont pas urgents ne peuvent pas être réalisés. Seules les inspections techniques, les interventions et les travaux urgents sont autorisés moyennant le respect des mesures de distance sociale.

  • Existe-t-il des possibilités de soutien financier pour les personnes qui reçoivent des allocations de chômage temporaire parce qu'elles appartiennent au groupe à risque et ne peuvent donc pas aller travailler ?

    Les personnes qui reçoivent des allocations de chômage temporaire peuvent consulter le site de l’ONEM pour de plus amples informations : https://www.onem.be/fr.

  • Mon employeur peut-il m'obliger à prendre un congé si l'entreprise doit fermer ?

    Non, l’employeur ne peut pas obliger cela. Plus d’information concernant votre emploi: https://emploi.belgique.be/fr/faqs/questions-et-reponses-coronavirus

  • Que faire si vous êtes temporairement au chômage à cause du coronavirus ? Devez-vous encore payer votre hypothèque ou vos prêts personnels ?

    Jusqu’au 30 septembre 2020, il est possible pour les Belges concernés par le chômage temporaire de ne plus rembourser leurs prêts et de nouveaux prêts sont possibles. Pour plus d’informations, veuillez contacter votre banque. Plus d’info sur les mesures liées à vos difficultés financières:

  • Les documents relatifs au chômage temporaire doivent-ils encore être tamponnés par la commune ?

    En ce qui concerne le chômage temporaire dû au virus corona, la procédure a été grandement simplifiée. Vous trouverez des informations à ce sujet sur le site web de l’ONEM : https://www.onem.be/fr/nouveau/chomage-temporaire-la-suite-de-lepidemie-de-coronavirus-covid-19-simplification-de-la-procedure.

  • Le chômage temporaire peut-il être combiné avec d'autres activités ?

    En raison de circonstances exceptionnelles, il est permis de combiner l’allocation de chômage temporaire avec une autre activité (travail volontaire, activité complémentaire) du 13 mars au 13 juin 2020. Les travailleurs temporaires qui resteraient normalement employés par un seul et même utilisateur peuvent, à titre exceptionnel, être également admis au chômage temporaire pendant l’interruption de l’activité en raison du Covid-19 si le lien contractuel avec le travailleur temporaire est maintenu. https://www.onem.be/sites/default/files/assets/chomage/FAQ/Faq_Corona_FR_20200323.pdf

  • En cas de chômage temporaire, le licenciement peut-il être prononcé sans préavis ? A défaut de travail, pour des raisons économiques, un employé a-t-il le droit de mettre fin au contrat sans préavis ?

    En cas de chômage temporaire pour force majeure (Covid-19), les règles ordinaires relatives au licenciement restent d’application. Plus d’information concernant votre emploi: https://emploi.belgique.be/fr/faqs/questions-et-reponses-coronavirus

  • Les entreprises doivent respecter la distance sociale. Celles qui ne le font pas doivent fermer. Le non-respect de ces règles est passible d'amendes. Mais que peut faire un employé ? Où doit-il se plaindre ?

    Ils peuvent se plaindre à l’inspection du travail via site web : https://emploi.belgique.be/fr/actualites/coronavirus-que-puis-je-faire-si-mon-employeur-ne-respecte-pas-les-mesures

  • La réglementation peut-elle être assouplie pour les volontaires des services d'incendie qui sont techniquement sans emploi ?

    Il est autorisé d’exercer des activités de pompier volontaire et de volontaire de la protection civile sans formalités. Les indemnités perçues à ce titre peuvent être cumulées.

  • Les employeurs peuvent-ils refuser aux pompiers volontaires qui télétravaillent à domicile de répondre aux appels ?

    Non, si le pompier volontaire est autorisé à répondre à un appel depuis son lieu de travail, il est également autorisé à le faire depuis son télétravail.

  • Une entreprise souhaite organiser le travail en shift pour appliquer la distance sociale. Peut-elle imposer les shifts à ses employés ? Ceux-ci bénéficieront-ils d’une compensation pour ces horaires décalés ?

    Consultez le guide sur le site web du SPF Emploi et Travail: https://emploi.belgique.be/fr/actualites/guide-generique-pour-lutter-contre-la-propagation-du-covid-19-au-travail

  • Quelles sont les directives pour les entreprises (dans les secteurs où les personnes ne peuvent pas travailler à domicile, comme une usine d'incinération des déchets) en cas de contamination par COVID-19 ? Existe-t-il des directives spécifiques pour la décontamination des locaux ?

    Aucune mesure spécifique n’est nécessaire en vue de décontaminer les lieux. Il suffit de nettoyer à fond la zone où la personne travaille et les zones communes telles que la cuisine et les toilettes avec les produits de nettoyage habituels. Il faut continuer à promouvoir l’hygiène générale des mains auprès du personnel.

  • Pendant cette période de crise, est-il possible d'employer du personnel et/ou des intérimaires le dimanche et/ou la nuit pour répondre à la forte demande des consommateurs (par exemple pour remplir les rayons, vider les stocks, désinfecter les magasins, etc.) ?

    La pandémie de COVID-19 peut être considérée comme un accident survenu (en tout cas aussi comme un accident imminent) au sens de la loi sur le travail du 16 mars 1971, permettant le dépassement des limites de temps de travail pour les travaux à effectuer afin d’y faire face. Dans ce cas, le travail de nuit et le travail du dimanche sont autorisés. On peut travailler en dehors des heures normales. Les heures effectuées dans le cadre d’un accident survenu ou imminent relèvent du régime normal des heures supplémentaires et donnent droit à des heures supplémentaires (au-delà de 9 heures par jour ou 40 heures par semaine ou d’une limite inférieure à la CCT). Toutefois, en cas de prestations le dimanche et pendant la nuit, les sursalaires prévus dans les conventions collectives de travail sectorielles ou d’entreprise s’appliquent. Les entreprises et les travailleurs doivent organiser leurs activités en fonction des mesures prises par le Gouvernement pour lutter contre le COVID-19. Ces mesures résultent de la pandémie et font donc partie intégrante de la notion « d’accident survenu ». Les nouveaux besoins organisationnels qui sont directement liés à la mise en œuvre de ces mesures ou qui répondent aux conséquences de ces mesures sont donc également dictées par un “accident survenu”. Dans ce cas également, les employeurs pourront faire faire des heures supplémentaires à leurs employés, ainsi que les faire travailler en dehors des heures normales.

  • Les entreprises dont l’activité est considérée non-essentielle et dont les locaux doivent fermer, mais qui décident de proposer des ventes d‘urgence par e-commerce, perdent-elles leurs primes?

    • Région Flamande : La prime de compensation est octroyée aux entreprises qui sont obligatoirement fermées en raison des mesures de lutte contre le Covid-19, et dont le site est fermé. Elles peuvent encore vendre des produits en ligne. Vous pouvez trouver toutes les informations sur la prime de compensation sur le site web https://vlaio.be/nl.

    • Région Wallonne: Ces entreprises peuvent garder leurs primes. En revanche, celles qui fonctionnaient déjà exclusivement par e-commerce n’ont pas droit à la prime.

    • Région de Bruxelles-Capitale: Les primes ne concernent que les établissements qui sont obligés de fermer du fait de l’Arrêté Ministériel. Si ces établissements se lancent dans l’e-commerce, ils continueront néanmoins de percevoir la prime unique de compensation.

  • Le dirigeant d'une PME peut-il imposer à certains salariés l'obligation de prendre au moins une partie du congé annuel ?

    Le congé légal doit être fixé de commun accord avec l’employeur. S’il n’y a pas de fermeture collective, ledit congé individuel ne peut être pris qu’en accord avec l’employeur (même si l’accord de l’employeur peut être tacite). Dans ce cas, les congés ne peuvent jamais être fixés unilatéralement, ni par l’employeur ni par le travailleur. Plus d’information concernant votre emploi: https://emploi.belgique.be/fr/faqs/questions-et-reponses-coronavirus

  • Les entreprises peuvent-elles continuer à organiser le transport en bus de leurs employés ?

    Oui, moyennant le respect des mesures de distanciation sociale. Cela signifie qu’une distance de 1,5 mètre entre chaque personne doit être respectée pendant le transport ou des mesures offrant un niveau de protection équivalent. Pour plus d’informations, référez-vous au « guide générique en vue de lutter contre la propagation du COVID-19 au travail » disponible à l’adresse : https://emploi.belgique.be/sites/default/files/content/news/Guidegenerique_light.pdf

Accueil des enfants

  • Les écoles restent-elles ouvertes ?

    Les écoles où les enfants sont pris en charge renforcent leurs mesures d’hygiène : pas d’activités avec plusieurs classes en même temps, continuer à se concentrer sur le lavage des mains, le nettoyage du mobilier scolaire et la ventilation régulière des salles de classe. Les excursions scolaires de plusieurs jours sont néanmoins interdites jusqu’au 30 juin 2020.

    Les écoles peuvent fournir aux élèves du nouveau matériel pédagogique. Les déplacements pour permettre aux élèves de disposer de ce matériel sont autorisés.

    Plus d’info: enseignement.be/index.php?page=28291 et pour Bruxelles: https://coronavirus.brussels/index.php/ecoles-et-creches/

  • De nouvelles initiatives pour organiser l’accueil des enfants peuvent être organisées.

    Non, seules les organisations déjà en place peuvent se poursuivre. De nouvelles initiatives qui dépassent le cercle des contacts existants sont proscrites.

  • Les entreprises peuvent-elles prendre des initiatives pour organiser l’accueil des enfants de leurs employés ?

    Si de tels systèmes d’accueil existaient déjà au préalable, ils peuvent se poursuivre. En revanche, de nouvelles initiatives ne peuvent pas être mises en place, et ce, afin d’éviter que des enfants qui ne se fréquentaient pas au préalable se côtoient.

  • Les crèches et les gardiennes poursuivent-elles leurs activités ?

    Oui. Les crèches et les gardiennes continueront à accueillir vos jeunes enfants (3 ans max.) normalement.

    Plus d’info: https://www.one.be/public/detailarticle/news/coronavirus-les-conditions-dacces-pour-mettre-votre-enfant-en-creche/

  • Comment les gardiennes doivent-elles organiser les mesures de distance sociale ?

    Les mesures d’hygiène nécessaires doivent être respectées, bien que la distance sociale soit difficile à appliquer dans le cadre de la garde d’enfants. Les mesures de distance sociale doivent être strictement respectées par les parents.

  • Qu'en est-il des enfants de parents infectés ou vraisemblablement infectés ?

    Les enfants de parents porteurs du virus sont considérés comme des personnes de contact qui ont également un risque plus élevé d’être infectés. Ils doivent rester à la maison pendant 14 jours et mesurer leur fièvre deux fois par jour. Ils ne sont pas autorisés à aller à l’école ou à la garderie.

  • Qu’en est-il des établissements d’enseignement supérieur ?

    Il est demandé aux universités et aux établissements d’enseignement supérieur d’organiser uniquement leur enseignement à distance, à l’exception des stages pour les étudiants qui peuvent contribuer aux soins.

  • Les écoles des métiers de la sécurité sont-elles fermées ?

    Les écoles des professions de la sécurité poursuivent l’enseignement primaire par le biais de l’enseignement à distance ou fournissent une assistance à l’effort de crise par la formation sur le terrain.

Mesures liées aux soins médicaux

  • Des mesures spéciales sont-elles prises dans les hôpitaux ?

    Ces dernières semaines, l’épidémie a eu un impact important sur l’offre de soins, tant au niveau de la médecine de première ligne que des hôpitaux. Des groupes de travail étudient déjà comment répondre à la fois à l’impératif de continuer à offrir les meilleurs soins aux personnes infectées par le covid-19 tout en élargissant graduellement et de façon sécurisée l’accès aux soins de santé généraux et spécialisés. La volonté est que, le plus rapidement possible, chacune et chacun puissent avoir accès aux soins de santé de manière à nouveau « normale » tout en évitant de saturer les infrastructures médicales nécessaires à la prise en charge des malades du virus. Il est conseillé de s’informer auprès des institutions de soins et de suivre leurs directives.

    Toutes les consultations, les tests et les opérations prévues sont annulées. Seules les consultations, tests et interventions urgentes et/ou vitales peuvent avoir lieu. Les centres pratiquant l’interruption volontaire de grossesse restent ouverts et peuvent continuer à pratiquer leurs interventions psychologiques et médicales. Toutes les thérapies existantes nécessaires (par exemple : chimio, dialyse, …) peuvent être poursuivies.

  • Les visites sont-elles autorisées dans les hôpitaux ?

    Les visites sont toutes interdites sauf pour les parents d’enfants de moins de 18 ans et les proches des patients en état critique ou en soins palliatifs. L’accompagnement aux consultations ou examens nécessaires doivent être limités à une personne au maximum.

  • Les accouchements sont-ils encore possibles dans les hôpitaux ?

    Bien entendu, vous pourrez toujours accoucher à l’hôpital. Toutefois, votre séjour à l’hôpital doit être le plus court possible ; cela sera déterminé en concertation avec votre médecin traitant (gynécologue, pédiatre, éventuellement anesthésiste). Votre partenaire peut être présent à la naissance et seules les visites de votre partenaire sont autorisées. Les visites familiales ne sont plus autorisées. En outre, vous devez suivre les directives de l’hôpital.

  • Les dentistes, kinésithérapeutes, ostéopathes, podologues, etc. peuvent-ils continuer leur activité ?

    Oui, les métiers de la santé peuvent exercer leur activité. Ils sont invités à reporter les soins qui peuvent l’être ou qu’ils ne jugent ni urgents ni nécessaires. Ils trouveront de l’information spécifique quant à la poursuite de leur activité sur le site sciensano.be

  • Les infirmières à domicile peuvent-elles continuer à travailler ?

    Oui. Plus d’information:

  • Les centres de dons de sang peuvent-ils poursuivre les collectes de sang?

    Oui, les collectes de sang doivent se poursuivre, moyennant le respect des mesures de distanciation sociale. Le don de sang est et restera nécessaire et doit être encouragé. Les personnes malades doivent être exclues comme toujours : il est important que le donneur soit conscient de son propre état de santé.

  • Le transport de sang, de produits sanguins et de médicaments est-il toujours autorisé ?

    Oui, il s’agit d’un déplacement essentiel.

  • Qu’en est-il des dépistages médicaux non-urgents  et des opérations médicales?

    Vous pouvez vous renseigner auprès de l’institution qui organise ces dépistages et suivre ses directives.

  • Les visites sont-elles autorisées dans les centres de soins ou dans les institutions de soins résidentiels qui, par exemple, s’occupent de la prise en charge de personnes moins valides souffrant de troubles ou d’affections multiples ?

    Les visites essentielles (aidants proches, …) sont autorisées afin de ne pas totalement isoler socialement les résidents. Consultez le centre ou l’institution de soins pour voir si une visite peut se faire de façon sécurisée. Plus d’information sur les services résidentiels:

  • Les psychologues sont-ils un service essentiel ?

    Oui.

  • Est-il autorisé d’organiser une ‘pièce de discussion’ dans le hall d'entrée d’une maison de repos ? (Une pièce temporaire avec sa propre porte extérieure, où une grande plaque de verre est incorporée dans le mur et dans laquelle un système d'interphone est installé).

    Cela est possible à condition que la zone de discussion soit désinfecté après chaque visite. Ceci dit, la communication à distance (téléphone, appel vidéo, ..) est à privilégier pour des raisons d’hygiène.

    Plus d’information sur les services résidentiels:

  • Les services d’aide à domicile et d’aide familiale peuvent-ils continuer leurs activités ?

    Oui pour :

    • Les personnes âgées, • L’aide à domicile, • Les personnes présentant un handicap, • Les victimes de violences intra-familiales • L’aide alimentaire, • Le refuge, • L’accueil de nuit pour les personnes présentant des problèmes sociaux, • Les centres de coordination pour les aides domiciliaires et le soutien.

    Plus d’information sur les aides familiales en Wallonie: https://www.wallonie.be/fr/aides-familiales-et-gardes-domicile

  • Les programmes de vaccinations doivent-ils continuer ?

    Oui absolument. L’interruption des vaccinations dans certains endroits de la Belgique est très temporaire. Elles reprendront dès que possible.

  • Qui est soumis au test de dépistage?

    Des informations détaillées concernant la procédures de dépistage sont disponibles sur le site de Sciensano : https://epidemio.wiv-isp.be/ID/Pages/2019-nCoV_procedures.aspx.

  • Les professionnels de la santé peuvent-ils continuer à travailler en cas d’apparition de symptômes?

    Les professionnels de la santé peuvent continuer à exercer en cas de légers symptômes moyennant l’utilisation d’un masque de protection. En cas de fièvre de plus de 37,5°C, ils ne peuvent plus exercer et doivent rester à la maison. Plus d’information pour les professionnels de la santé: https://epidemio.wiv-isp.be/ID/Pages/2019-nCoV.aspx

  • Les ambulanciers peuvent-ils continuer à travailler en cas d’apparition de symptômes?

    Les ambulanciers peuvent continuer à exercer en cas de légers symptômes moyennant l’utilisation d’un masque de protection. En cas de fièvre de plus de 37,5°C , ils ne peuvent plus exercer et doivent rester à la maison.

  • Tous les services de soins de santé appartiennent à un groupe à risque en termes de contamination par le COVID-19. Y aura-t-il une reconnaissance automatique comme accident du travail/maladie professionnelle s'il s'avère qu'ils sont infectés par ce virus?

    L’infection par le nouveau COVID-19 peut être reconnue comme maladie professionnelle (voir https://fedris.be/fr/news#news-2695). Les demandes d’indemnisation doivent cependant être accompagnées des résultats d’un test de laboratoire confirmant la présence du COVID-19.

  • Quels sont les conseils applicables pour les blanchisseries qui traitent le linge hospitalier ?

    Les procédures existantes s’appliquent au lavage du linge des patients COVID-19. Aucune mesure spécifique ne doit être prise et ce linge ne doit pas être mis en quarantaine.

  • Les service flats ou résidences services sont-ils considérés comme des centres de soins ?

    Oui, ils doivent être considérés comme les centres de soins lorsqu’ils disposent d’une entrée commune.

    Plus d’information sur les services résidentiels:

  • Qu'en est-il des soins en dehors de l'hôpital ?

    Il est conseillé aux citoyens de ne se rendre aux consultations externes que pour les soins ambulants urgents et nécessaires. En cas de doute, ils doivent contacter leur prestataire de soins. Il appartient à ces prestataires de soins de santé de déterminer quels sont les soins urgents et nécessaires qui ne peuvent être reportés. Plus d’information sur les médicaments et traitements: https://www.afmps.be/fr/coronavirus_covid_19

  • Quelles sont les recommandations en matière de port de masque/de gants dans l’espace public ?

    Pour plus d’information sur les masques en tissu : https://www.info-coronavirus.be/fr/masque/

    Le port de gants n’est en revanche pas recommandé car il donne un faux sentiment de sécurité, et on ne se lave plus les mains, tout en se touchant la bouche, le nez et les yeux avec la main gantée, ce qui peut encore entraîner une infection. Il est préférable de se laver les mains régulièrement avec de l’eau et du savon.

Mesures concernant les prisons

Animaux

  • Les vétérinaires peuvent-ils poursuivre leurs activités?

    Oui. Ils sont invités à reporter les soins qui peuvent l’être ou qu’ils ne jugent ni urgents ni nécessaires. Ils sont tenus de respecter au maximum les règles de distanciation sociale.

  • Les refuges pour animaux restent-ils ouverts ?

    Les refuges pour animaux sont ouverts. Ils sont invités à n’accueillir les personnes désirant adopter ou abandonner leur animal que sur rendez-vous. Les règles de distanciation sociales doivent être respectées au maximum. Les volontaires sont également autorisés à apporter leur contribution.

  • Est-ce que les pensions pour animaux de compagnie sont ouvertes ?

    Oui.

  • Les crématoriums d'animaux peuvent-ils rester ouverts ?

    Oui, sur rendez-vous uniquement, en respectant les règles de distance sociale.

  • Puis-je aller au salon de toilettage pour mon chien ou mon chat ?

    Non ils sont fermés et le service à domicile n’est pas autorisé non plus.

  • Les propriétaires d’animaux peuvent-ils continuer à aller nourrir et voir leurs animaux dans les prés ou les étables?

    Oui, moyennant le respect des mesures de distance sociale. Les soins essentiels aux animaux sont importants et doivent être assurés.

  • La vente d'animaux est-elle autorisée?

    Il est permis d’acheter et de vendre des animaux mais les visites précédant la vente sont considérées comme des déplacements non essentiels et ne sont donc pas autorisées. Les contacts doivent par conséquent se faire par téléphone, visioconférence, etc. Il est recommandé au nouveau propriétaire de se déplacer seul pour venir chercher son animal, et ce sur rendez-vous. Les règles de distanciation sociale doivent être respectées. Les chiots et les chatons peuvent aller chez leurs nouveaux propriétaires à partir de l’âge prévu par la législation sur le bien-être animal à condition que la vente soit conforme aux règles relatives au bien-être animal.

  • Le déplacement d’abeilles ou de ruches vers un autre Etat Membre de l’UE est-il autorisé ?

    Ces déplacements ne sont pas interdits. Un certificat sanitaire délivré par l’AFSCA est toujours nécessaire. Cependant aucune garantie ne peut être donnée lors du transport de ruches ou d’abeilles dans un autre Etat Membre. La situation au regard du coronavirus est différente d’un Etat Membre à l’autre et les transports d’animaux peuvent être limités dans certains Etats.

  • Le déplacement des ruches est-il autorisé ?

    Le déplacement des ruches sur le territoire belge n’est autorisé qu’aux conditions suivantes :

    • Les ruches doivent être identifiées à l’aide des coordonnées de l’apiculteur (Nom – adresse – numéro de téléphone).

    • L’apiculteur doit être enregistré à l’AFSCA.

    • Les ruches ne peuvent pas venir d’une zone où les déplacements sont interdits suite aux mesures prises dans le cadre de la lutte contre les maladies obligatoires des abeilles (ex : Loque).

    • Respecter les règles de distanciation sociale.

  • Les contrôles quotidiens des animaux de laboratoire présents dans les laboratoires d'animaux et les contrôles trimestriels effectués par l'expert désigné peuvent-ils être poursuivis?

    Oui, si les mesures d’hygiène et de distanciation sociale sont respectées.

  • Les concours avec des animaux, comme les pigeons, peuvent-ils encore avoir lieu?

    Non, car il s’agit d’une activité récréative.

  • Puis-je encore monter mon propre cheval?

    • Il est permis de circuler sur son propre pâturage ou sa propre piste. • L’équitation (sur son cheval) dans le centre équestre n’est autorisée que dans le cadre du bien-être animal, si le centre équestre ne peut pas s’en occuper lui-même et à condition que les mesures de distanciation sociale soient respectées. Il est permis de se déplacer avec son véhicule entre son habitation et le manège ou la piste, et le cas échéant de transporter par véhicule son cheval. • L’équitation (en selle, en longe, avec attelage) sur la voie publique n’est autorisée que dans le cadre du bien-être de l’animal. Cette sortie peut avoir lieu seul ou en compagnie, au maximum, d’un autre cavalier/conducteur moyennant le respect des mesures de distance sociale.
    Le déplacement motorisé du cheval pour ce type de sorties est uniquement autorisé si cette sortie ne peut se dérouler autrement de façon sécurisée.

International

  • Le transport de marchandises peut-il se poursuivre?

    Le transport international de marchandises est autorisé. Outre les documents habituels pour le transport de marchandises, aucun document supplémentaire n’est requis.

  • Peut-on voyager vers la Belgique depuis l'étranger?

    Les voyages non-essentiels au départ de la Belgique et vers la Belgique sont interdits jusqu’au 8 juin 2020 inclus.

    Le principe général applicable est que: •toute personne de nationalité belge avec ou sans résidence principale en Belgique • les résidents de longue durée en Belgique • les personnes ayant une résidence légale en Belgique

    peuvent revenir en Belgique, sous réserve de deux conditions. Les deux conditions sont les suivantes: •La personne reste confinée à la maison pendant 14 jours • La personne a l’interdiction de travailler à l’extérieur pendant 14 jours (même si elle est employée dans un secteur essentiel). Le télétravail reste néanmoins autorisé.

    Ces deux conditions s’appliquent à la personne qui revient et couvrent tous les modes de transport possibles utilisés lors de son retour (aérien, terrestre et maritime). Dans le cas où le retour se fait via un aéroport national ou étranger, ces deux conditions s’appliquent également à la personne qui va rechercher le(s) rapatrié(s) à l’aéroport, mais pas au reste de la famille qui vit sous le même toit. La personne qui vient chercher le rapatrié est de préférence un membre de la famille, mais si les membres de la famille sont employés dans un secteur essentiel, il est déconseillé que ce soit eux qui aillent chercher le rapatrié.

    Ces deux conditions ne s’appliquent par contre pas aux travailleurs frontaliers, aux chauffeurs employés par des sociétés de transport professionnelles et aux personnes effectuant un voyage essentiel à l’étranger (comme détaillé à la question « Peut-on encore voyager à l’étranger ? » ), à l’exception des personnes qui sont allées chercher des personnes de retour en Belgique dans un aéroport étranger (voir paragraphe précédent).

    En règle générale, le rapatrié, qu’il arrive sur le territoire de la Belgique ou d’un autre pays, utilise les transports publics /le taxi/une voiture de location pour se rendre à son lieu de destination. Louer une voiture est également une possibilité. Si les transports publics/taxi/une voiture de location ne sont pas une option, le rapatrié peut être pris en charge par une autre personne (de préférence un membre de la même famille, mais non employé dans un secteur essentiel). Il est préférable que deux personnes au maximum partagent le véhicule. Il est possible de déroger à cette règle si plusieurs personnes de la même famille doivent être récupérées. Lors d’un déplacement, les mesures de distanciation sociale doivent être respectées.

    La personne qui va chercher quelqu’un doit être en possession de : • un document d’identité et/ou un passeport • si elle récupère une personne à l’étranger, une preuve crédible justifiant le déplacement essentiel pour franchir la frontière.

  • Qu’en est-il des ressortissants belges qui reviennent dans un port maritime ou un port intérieur belge avec leur bateau de plaisance ?

    Ceux-ci devront respecter les règles suivantes : • Ils ne peuvent naviguer dans les eaux belges qu’avec leur navire afin d’atteindre le port de destination de leur choix par le chemin le plus court. • Ils doivent se signaler auprès de l’autorité portuaire de leur port de destination (pour les ports intérieurs : l’opérateur portuaire) via les fréquences radios habituelles de la zone géographique de leur destination. Lors de ce signalement, il est indiqué si ces personnes sont malades ou présentent des symptômes ou s’il y a à bord des personnes malades ou présentant des symptômes de quelque nature que ce soit. Plus d’informations disponibles sur le site internet : https://mobilit.belgium.be/fr/navigation/covid_19_coronavirus

  • Quelles sont les règles applicables à l’étranger lorsque je vais chercher quelqu’un ?

    Il faut également tenir compte du fait que les pays voisins et les autres pays prennent également des mesures conditionnant l’accès à leur territoire. Ces mesures doivent être respectées et peuvent en principe être consultées dans les conseils aux voyageurs publiés sur le site des affaires étrangères https://diplomatie.belgium.be/fr, ainsi que par ces pays sur leurs propres sites web officiels.

  • Quelles sont les règles applicables si, en tant qu’étranger n’ayant pas de résidence principale en Belgique, je souhaite simplement traverser le territoire belge pour me rendre à ma destination ?

    Le principe général applicable est que les étrangers doivent pouvoir entrer et sortir facilement du territoire belge afin de transiter vers leur destination.

    Les personnes en transit sur le territoire belge doivent respecter les mesures de distance sociale dans le moyen de transport choisi.

    Si le transport se fait par la route, les bus et les véhicules ne s’arrêtent généralement pas sur le territoire belge.

    En cas de transfert en train, il faut rechercher l’itinéraire le plus court et minimiser le nombre de correspondances.

    Les personnes en transit sur le territoire belge doivent être en possession d’une pièce d’identité et/ou d’un passeport et de pièce justificatives crédibles.

  • Quelles règles dois-je respecter si j’arrive en Belgique par avion, train, route ou mer, dans le cadre d’un transit futur vers l’étranger ?

    Le principe général applicable est que les étrangers en transit sur le territoire belge doivent pouvoir quitter le territoire belge le plus rapidement possible. En règle générale, les personnes en transit sur le territoire belge utilisent les transports publics (y compris les taxis) pour se rendre à leur destination. Louer une voiture est également une possibilité.

    Si les transports publics /le taxi/location d’une voiture ne sont pas une option, les personnes en transit sur le territoire belge peuvent être prises en charge par une autre personne ou autorité (éventuellement de l’étranger) pour quitter le territoire belge immédiatement après la prise en charge.

    Lors du transport sur le territoire belge, les mesures de distance sociale doivent être respectées autant que possible. Si le transport est assuré par l’employeur, les mesures de distanciation sociale doivent être respectées.

    Pendant le trajet sur la route, en règle générale, aucun arrêt ne sera effectué sur le territoire belge.

    En cas de transfert en train, il faut rechercher l’itinéraire le plus court et minimiser le nombre de correspondances.

    Les personnes en transit sur le territoire belge doivent être en possession d’un document d’identité et/ou d’un passeport.

    La personne qui se chargent d’aller en chercher d’autres et qui est en transit sur le territoire belge doit être en possession d’un document d’identité et/ou d’un passeport et d’une preuve plausible qui confirme la nécessité du voyage.

  • Le travail frontalier est-il toujours autorisé ?

    Le principe général applicable est que les travailleurs frontaliers doivent pouvoir entrer et sortir facilement du territoire belge afin d’atteindre leur destination dans l’exercice de leurs activités professionnelles, tant dans les secteurs essentiels que non essentiels.

    Les travailleurs frontaliers peuvent utiliser les moyens de transport de leur choix.

    Lors du transport sur le territoire belge, les mesures de distance sociale doivent être respectées autant que possible.

    Les travailleurs frontaliers doivent être en possession d’une pièce d’identité et/ou d’un passeport et il est fortement recommandé d’avoir une attestation de l’employeur.

    Pour les déplacements professionnels des travailleurs des métiers/secteurs cruciaux, une vignette papier peut être utilisée bilatéralement entre la Belgique et les Pays-Bas.

  • Le franchissement de la frontière est-il autorisé pour des raisons médicales et pour d’autres services d’intervention de l’autre côté de la frontière ?

    Le principe général est que les services d’intervention sont libres de franchir la frontière et ne sont donc soumis à aucune forme de contrôle.

    L’aide médicale urgente et les traitements médicaux vitaux peuvent se poursuivre, mais aucun nouveau traitement ne peut être entamé.

    Pour ce faire, il est possible d’utiliser un moyen de transport de votre choix ou un moyen de transport spécifique (par exemple, une ambulance, un camion de pompiers, etc.).

    Pour l’aide médicale urgente sur le territoire belge, une déclaration d’admission de l’hôpital d’accueil est requise.

    Pour la poursuite d’un traitement médical vital, un certificat médical est requis.

  • Puis-je encore venir en Belgique pour travailler ?

    Le principe général est que tous les déplacements professionnels sont autorisés. Le choix du moyen de transport est laissé libre. Ces personnes doivent être en possession d’une pièce d’identité et/ou d’un passeport et d’une attestation de l’employeur ou d’un document de l’entreprise (par exemple, une preuve du statut d’indépendant).

  • Quels sont les autres voyages essentiels vers la Belgique qui sont encore autorisés ?

    Le principe général est que l’assistance et les soins aux personnes âgées, aux mineurs, aux personnes vulnérables et aux personnes handicapées, la garde parentale partagée, la visite d’un partenaire qui ne vit pas sous le même toit, les soins aux animaux, la passation d’actes, la participation à des funérailles/crémations uniquement en présence de 15 personnes maximum et la participation à des mariages civils ou religieux sont autorisés.

    Le choix du moyen de transport est laissé libre.

    Ces personnes doivent être en possession d’une preuve d’identité et/ou d’un passeport et d’une preuve plausible pour justifier le déplacement essentiel.

  • Les écoliers, les étudiants et les stagiaires issu des pays frontaliers et scolarisés en Belgique peuvent-ils, dans le cadre de leur formation, venir en Belgique ?

    En vue de la reprise de leur formation, les élèves, les étudiants et les stagiaires frontaliers peuvent venir en Belgique.

  • Qu’en est-il des Belges qui sont bloqués à l’étranger  ?

    Vous trouverez les informations utiles sur le site internet du SPF Affaires Etrangères  : https://diplomatie.belgium.be/fr

  • Peut-on encore voyager depuis la Belgique vers l'étranger?

    Le principe général est que tout voyage non essentiel à l’étranger est interdit jusqu’au 8 juin 2020 inclus. Sont actuellement repris comme voyages essentiels les déplacements suivants :

    • Les déplacements à l’étranger dans le cadre d’activités professionnelles, y compris les déplacements domicile/ lieu de travail

    • Les déplacements pour poursuivre des soins médicaux

    • Les déplacements pour fournir une assistance ou des soins à une personne âgée, mineure, handicapée ou vulnérable

    • Les déplacements pour le soin des animaux

    • Les déplacements dans le cadre de la coparentalité

    • Les déplacements visant à prendre en charge à l’étranger et à ramener en Belgique des personnes de nationalité belge avec ou sans résidence principale en Belgique, des résidents de longue durée en Belgique et les personnes résidant légalement en Belgique

    • Les déplacements pour conduire des membres de la famille à l’étranger afin qu’ils puissent exercer un travail pour des raisons essentielles

    • Les déplacements des ressortissants belges vers leur résidence principale à l’étranger

    • Les déplacements auprès d’un partenaire qui ne vit pas sous le même toit

    • Les déplacements dans le cadre de l’exécution des actes (si nécessaire et si cela ne peut pas se faire numériquement)

    • Les déplacements dans le cadre de funérailles / crémations

    • Les déplacements dans le cadre de mariages civils ou religieux

    • Les déplacements d’élèves, d’étudiants et de stagiaires scolarisés dans un pays frontalier dans le cadre de leur formation

    • Les déplacements pour une réparation urgente pour garantir la sécurité du véhicule.

    Les déplacements vers un second lieu de résidence à l’étranger sont exclus.

  • Que dois-je prendre en compte lorsque je me déplace aussi bien vers qu’au sein d’un pays étranger ?

    Dans les autres pays, les réglementations nationales respectives et les mesures supplémentaires doivent être respectées. Vous devez consulter ces règlementations sur les sites web respectifs des autorités étrangères. Conformément à la réglementation en vigueur dans le pays de destination, les documents nécessaires doivent être préparés avant le départ. Vous devez être en possession d’un document d’identité et/ou d’un passeport et d’une preuve plausible justifiant l’exécution du déplacement essentiel.

  • Qu'en est-il des ferries vers les pays voisins ?

    Contrairement aux bateaux et aux navires de croisière, les voyages en ferry ne sont pas considérés comme une activité de loisirs, mais comme un moyen de transport. Par conséquent, la traversée en ferry n’est pas interdite dans le cadre des déplacements essentiels, moyennant le respect des mesures de distance sociale.

  • Des mesures particulières sont-elles prises pour les aéroports ?

    Pour l’instant, il n’existe pas de mesures restrictives au niveau de l’accès aux aéroports. Les passagers doivent s’efforcer de respecter les mesures de distanciation sociale.

  • Les restaurants et les boutiques hors taxes des aéroports resteront-ils ouverts ?

    Oui, les restaurants et les magasins après le contrôle de sécurité restent ouverts, dans le respect de la distance sociale. Ceci afin de répartir le plus largement possible les passagers dans le terminal de l’aéroport.

  • Les enfants peuvent-ils passer la frontière pour être gardés ?

    Si le télétravail n’est pas possible, et qu’il n’existe pas d’autre possibilité, il est autorisé de traverser la frontière pour emmener son enfant à la garderie. Cette possibilité s’applique uniquement aux garderies et pas à l’accueil par des amis ou membres de la famille. Le passage de la frontière se fait sur présentation du document d’inscription de la garderie.

  • Le travailleur peut-il utiliser une version numérique de la vignette/de l’attestation de l’employeur pour traverser la frontière ?

    S’il n’est pas possible pour l’employeur de remettre la vignette/l’attestation en main propre au travailleur, la vignette/l’attestation doit alors être transmise par la poste. Si le travailleur est appelé en urgence et qu’il n’est pas possible d’envoyer la vignette/l’attestation par la poste, la version numérique de la vignette/de l’attestation doit être accompagnée d’un justificatif (éventuellement numérique) signé par l’employeur, avec son numéro de téléphone et le nom de la personne appelée.

  • Un étudiant peut-il traverser la frontière afin de vider sa chambre d’étudiant ?

    Un étudiant peut, pour ces raisons, traverser la frontière en respectant les conditions suivantes : en un trajet (aller-retour), prendre l’itinéraire le plus direct, seul ou avec une personne vivant sous le même toit, sur présentation de la carte d’étudiant (et/ou d’une attestation de l’établissement d’enseignement) et un contrat de location/titre de propriété. Il doit respecter les règles/mesures applicables dans le pays de déplacement. Une nuitée sur place est fortement déconseillée. Si une nuitée est cependant nécessaire, les personnes ayant fait le déplacement doivent rester en isolation à domicile pendant 14 jours après leur retour.

  • Est-il autorisé de se rendre chez son médecin dans un pays voisin ?

    Le principe général est que vous devez consulter un médecin dans votre pays. Si le médecin en possession de votre dossier médical est situé dans un pays voisin, ce médecin doit fournir un justificatif signé (par courrier ou numériquement) justifiant la nécessité de se rendre à son cabinet. Il vous faudra alors présenter votre carte d’identité et du justificatif pour traverser la frontière.

  • Qu'en est-il de la garde partagée pour les enfants dont les parents vivent de part et d'autre de la frontière ?

    La garde partagée entre des parents vivant dans une région frontalière (l’un en Belgique, l’autre aux Pays-Bas par exemple) peut continuer à être organisée normalement.

  • Quelles sont les règles applicables aux personnes qui vont chercher quelqu'un à l'aéroport ?

    En plus des directives qui s’appliquent à tous les résidents de notre pays, ces personnes doivent rester en quarantaine à domicile pendant 2 semaines. Cela signifie que même s’ils sont employés dans un secteur essentiel, ils ne sont pas autorisés à aller travailler. Ils ne peuvent faire que du télétravail.

  • J’ai réservé un vol/voyage pour un pays touché par le coronavirus. Que se passera-t-il si je décide de l’annuler ?

    Le SPF Economie a publié des conseils pour les voyageurs : https://economie.fgov.be/fr/themes/entreprises/coronavirus/informations-pour-les/pas-encore-parti/coronavirus-annulation-par

  • Je suis à l’étranger et mon vol de retour a été annulé des suites du coronavirus. Que puis-je faire ?

    Le SPF Economie a publié des conseils pour les voyageurs : https://economie.fgov.be/fr/themes/entreprises/coronavirus/informations-pour-les/pas-encore-parti/coronavirus-annulation-par.

  • J’ai réservé un vol/voyage qui a été annulé pour cause de coronavirus. Quels sont mes droits ?

    Le SPF Economie a publié des conseils pour les voyageurs : https://economie.fgov.be/fr/themes/entreprises/coronavirus/informations-pour-les/pas-encore-parti/coronavirus-annulation-par

  • Je suis à l’étranger et l’on m’interdit de quitter le territoire pour cause de coronavirus. Quels sont mes droits ?

    Le SPF Economie a publié des conseils pour les voyageurs : https://economie.fgov.be/fr/themes/entreprises/coronavirus/informations-pour-les/pas-encore-parti/coronavirus-annulation-par

Masques buccaux

  • Pourquoi faudra-t-il porter un masque alors qu’il ne le fallait pas jusqu’à présent ?

    Lorsque certaines mesures seront assouplies après le 4 mai, le travail reprendra progressivement, les commerces rouvriront peu à peu leurs portes et nous retrouverons une vie sociale. Cela impliquera que de nouvelles situations se produiront : des personnes qui ne sont actuellement pas en contact, car elles restent à la maison, le seront à nouveau. Il sera crucial d’éviter que l’épidémie ne connaisse un nouveau pic.

    Les gestes de base les plus efficaces contre la propagation du Covid-19 restent de se laver les mains régulièrement, de garder une distance physique d’1,5 mètre avec les autres personnes et d’éternuer et tousser dans un mouchoir en papier ou dans le creux de son coude.

    La recommandation en faveur du port du masque, pour accompagne cette nouvelle étape, complète les précédentes consignes de santé publique.

  • Dans quelle situation est-il indiqué de porter un masque avant le 4 mai ?

    Jusqu’à présent, le port du masque était indiqué dans deux situations :

    • Pour les personnes qui sont malades, afin d’éviter qu’elles ne contaminent d’autres personnes

    • Pour les professionnels de la santé et les personnes qui prennent soin des autres.

    Le port du masque pour ces deux catégories de personnes reste le plus important. Les masques FFP2 restent réservés aux professionnels des soins de santé, des maisons de repos, des collectivités et des services de sécurité.

  • Dans quelle situation faudra-t-il porter un masque à partir du 4 mai ?

    Dans l’évolution de cette pandémie, une nouvelle étape va voir le jour. Les phases successives d’adaptation de mesures, au plus tôt à partir du 4 mai prochain, impliqueront que chacun fera des déplacements plus fréquents pour aller travailler ou pour se rendre dans un commerce. Le port du masque sera alors recommandé pour toutes les personnes qui peuvent l’utiliser correctement, lorsqu’elle se trouveront en contact étroit (moins d’1,5 mètre) avec d’autres personnes. Il sera d’autant plus recommandé dans le cas d’un contact avec une personne vulnérable.

    Le port du masque sera donc recommandé dans l’espace public, a fortiori lorsque le maintien d’une distance physique de sécurité n’est pas possible. Il sera obligatoire dans les transports en commun, pour tous les voyageurs de plus de 12 ans et dans les entreprises ne pouvant garantir la distance physique. Cette obligation est également valable si, par exemple, vous vous trouvez seul(e) dans le train. Le masque limitera votre possibilité de contaminer une surface lisse qui pourrait être ensuite touchée par d’autres personnes.

  • Sera-t-il obligatoire de porter un masque ?

    Le port du masque est fortement recommandé.

    Il est obligatoire :

    • dans les transports en commun pour les passagers de plus de 12 ans, dès leur arrivée dans une gare ou à un point d’arrêt ;

    • dans les entreprises, lorsque la distance physique ne peut pas être garantie.

    Des initiatives seront mises en œuvre pour que chaque citoyen puisse disposer d’au moins une protection en tissu. Chaque citoyen devrait également recevoir deux filtres à intégrer aux masques déjà acquis ou confectionnés. Des informations supplémentaires seront communiquées prochainement.

  • Quelle protection le masque buccal procure-t-il ?

    Le port d’un masque buccal n’est pas fait en premier lieu pour se protéger, mais bien pour protéger les autres. Dit autrement, vous serez protégé par les gens portant un masque autour de vous.

  • Qui devra porter un masque ?

    Cette recommandation s’appliquera à toute personne qui est en mesure de porter le masque de manière adéquate. Elle ne s’applique donc pas :

    • aux jeunes enfants, qui risquent de mal le manipuler,

    • aux personnes souffrant d’un problème de santé pour lequel le port du masque est contre-indiqué.

  • Combien de temps doit-on porter le masque avant de le changer ?

    Le masque doit être changé toutes les 8h ou toutes les 4h en cas d’usage « intensif » (par exemple, dans le cas d’un(e) enseignant(e) qui donne cours devant sa classe) ou lorsqu’il devient humide ou visiblement sale. Il doit être lavé à 60°C après chaque utilisation.

  • Comment mettre le masque ?

    • Avant de mettre le masque, lavez-vous les mains soigneusement. • Ne touchez que les élastiques ou rubans d’attache pour mettre votre masque. • Le masque doit couvrir votre nez, votre bouche et votre menton et être attaché étroitement sur les côtés • Commencez par attacher le masque par le haut, en l’ajustant sur le nez, puis attachez-le par le bas, en l’ajustant de manière à ce qu’il recouvre le menton.

  • Comment enlever le masque ?

    • Pour enlever le masque, ne touchez que ses élastiques ou rubans d’attache. • Après avoir enlevé le masque, lavez-vous les mains soigneusement. • Si vous devez enlever votre masque pour une courte durée (par exemple, pour boire), posez-le dans un endroit propre qui peut ensuite être nettoyé facilement ou placez-le dans un sac hermétique propre.

  • Comment porter un masque ?

    • Lorsque votre masque est attaché, évitez de le toucher. • Si le masque glisse ou n’est pas bien attaché, ne le touchez que par ses côtés pour le réajuster. • Evitez d’enlever et remettre le masque trop souvent.

  • Puis-je porter le masque autour de mon coup, par exemple le temps de boire quelque chose ?

    Non, à cause du risque de contamination. Si le masque doit être enlevé, par exemple pour boire quelque chose, il doit être déposé dans un endroit propre qui serait nettoyé après. Vous pouvez aussi le tenir par les lanières ou élastiques.

  • Comment faire si je porte une moustache ou la barbe ?

    Puisque l’utilité du masque est de protéger les autres, il n’est pas très important que le masque s’adapte parfaitement à votre visage. Il n’est donc pas nécessaire de raser votre moustache ou votre barbe.

  • Quel type de masque faut-il porter ?

    Les masques FFP2 doivent être réservés à l’usage des professionnels de la santé. Pour l’usage du masque comme accompagnement de l’assouplissement des mesures, un masque en tissu conçu selon les spécifications recommandées ici est tout à fait adapté, s’il est porté et entretenu adéquatement. Si vous n’avez pas encore de masque et que vous ne pouvez pas en fabriquer vous-même, vous pouvez utiliser un foulard ou une écharpe pour couvrir votre nez et votre bouche.

  • Puis-je utiliser un foulard ou une écharpe à la place du masque ?

    Un masque conçu selon les spécifications recommandées est plus adapté qu’un foulard ou une écharpe mais, s’il ne vous est pas possible de vous en procurer, un foulard ou une écharpe peuvent être utilisés, à condition que deux couches de tissus soient placées devant votre visage et que ces tissus soient lavés à 60°C après chaque utilisation.

  • Que faire si je dois éternuer ou tousser alors que je porte un masque ?

    Vous pouvez tousser dans le masque.

    • Si vous devez éternuer:

    • Enlevez de préférence le masque,

    • Éternuez dans un mouchoir en papier que vous jetez ensuite,

    • Remettez le masque après vous être lavé les mains.
      Si ce n’est pas possible, le masque doit en tout cas être enlevé lorsqu’il est mouillé ou souillé.

  • Puis-je fabriquer des masques en tissu pour moi-même ou pour d’autres personnes ?

    Bien sûr ! Il s’agit même d’un acte solidaire que nous encourageons et pour lequel nous vous félicitons. Veuillez toutefois respecter les spécifications recommandées et suivre un modèle validé scientifiquement.

  • Quel tissu dois-je utiliser pour la fabrication d’un masque ?

    • Utilisez des tissus densément tissés, qui offrent une meilleure protection. • Utilisez des tissus qui permettent de respirer facilement, comme le coton. • Utilisez des tissus qui peuvent être lavés à 60°C. • Evitez les tissus trop rigides, trop chauds ou irritants. • Utilisez deux ou trois couches de tissu. • L’utilisation d’un filtre dans le masque peut améliorer la capacité de filtrage du masque, mais cela peut aussi entraver la respiration, ce qui rendra difficile de porter le masque pendant longtemps. • Utilisez deux couleurs différentes, pour qu’il soit facile de distinguer le côté intérieur du côté extérieur du masque.

  • Quel modèle dois-je suivre pour la fabrication d’un masque en tissu ?

    De nombreux modèles sont disponibles. Nous vous recommandons particulièrement les modèles suivants :

    https://faitesvotremasquebuccal.be/ https://d34j62pglfm3rr.cloudfront.net/downloads/20200317_TutoMASK_COVID19_NL.pdf?fbclid=IwAR3WbiLG6SQn__c0N6ElnZiPv4aigcgb5KK8tuwzk_MmlQZ3gjCAptX4aho https://www.ifth.org/wp-content/uploads/2020/04/CDC-masque-usage-NON-SANITAIRE-02AVRIL2020-1.pdf https://www.uza.be/sites/default/files/uploads/200317-a4-mondmaskers-werkwijze-hr-v4_1.pdf https://www.opensourceagainstcovid19.org/fr

    Ces modèles ont été validés par le Risk Management Group sur la base des avis d’un groupe de travail composé d’experts de Sciensano, du Conseil Supérieur de la santé, de l’AFMPS, du RAG et du SPF Santé Publique.

  • Comment laver un masque en tissu ?

    • Le masque doit être changé toutes les 8h ou toutes les 4h en cas d’usage « intensif » (par exemple, dans le cas d’un enseignant qui donne cours devant sa classe) ou lorsqu’il devient humide ou visiblement sale. • Le masque doit être lavé après chaque utilisation. • Le masque doit être lavé avec du produit de lessive, soit dans la machine à laver à 60°C avec le reste du linge, soit en étant bouilli dans une casserole réservée à cet usage. Si le masque est lavé à basse température, par exemple à la main, il doit ensuite être repassé à haute température. • Après avoir touché un masque sale, par exemple pour le mettre dans la machine à laver, lavez-vous les mains soigneusement. • Le masque doit être totalement sec avant d’être réutilisé : il est donc recommandé de disposer de minimum deux masques.

  • Comment conserver un masque propre ?

    Ne laissez pas votre masque traîner dans votre maison. Choisissez un lieu fixe et propre pour vos masques propres. Ne touchez le masque propre qu’après vous être lavé les mains et ne touchez jamais le côté intérieur du masque. Ne placez pas le masque dans le congélateur ou le frigo : le froid ne tue pas le virus et le masque risquerait de contaminer vos aliments.

  • Comment conserver un masque sale, en attendant de le laver ?

    Ne laissez pas votre masque traîner dans votre maison. Conservez votre masque sale dans un sac fermé en tissu, que vous laverez avec le masque. Ne touchez jamais le côté intérieur du masque. Ne placez pas le masque dans le congélateur ou le frigo : le froid ne tue pas le virus et le masque risquerait de contaminer vos aliments.

Suivi des contacts

  • Qu’est-ce que le suivi des contacts ?

    Le suivi des contacts est une méthode permettant d’identifier les personnes qui ont été en contact avec un porteur, confirmé ou très probable, du Covid-19. Pour dépister rapidement ces personnes, il est utile de les informer qu’elles sont elles-mêmes potentiellement porteuses du virus et de leur donner les conseils adaptés. La méthode du suivi des contacts n’est pas nouvelle. Elle est utilisée mondialement pour limiter la propagation de certaines maladies comme la rougeole ou la méningite. En Belgique, le suivi des contacts est réalisé en collaboration entre l’AVIQ pour la Wallonie, les services du Collège réuni (COCOM) pour Bruxelles, la VAZG pour la Flandre et le Ministère de la Communauté Germanophone.

  • Pourquoi faisons-nous maintenant un suivi des contacts ?

    Le suivi des contacts n’est réalisable et utile que lorsque le nombre de contaminations est limité. Pendant le pic, le nombre de contaminations était tel qu’il était impossible de contacter chaque personne malade pour lui demander avec qui elle avait été en contact. En cette phase de l’épidémie, cette méthode contribuera à identifier à temps une résurgence de la circulation du virus et de la freiner.

  • Suis-je obligé de contribuer au suivi des contacts ?

    Votre contribution peut aider les autres et vous aider vous-même. Grâce à votre aide, d’autres personnes pourront être informées et conseillées à temps. Plus nous identifierons de contacts, plus nous pourrons diminuer le risque d’une nouvelle vague de contamination. De cette manière, nous éviterons ensemble de devoir appliquer de nouvelles mesures renforcées. Votre contribution n’est donc pas obligatoire mais constitue un acte de solidarité et de citoyenneté.

  • Quels contacts seront suivis ?

    Si vous êtes vous-même malade, il est important de connaître les contacts que vous avez eu dans les deux jours précédant vos premiers symptômes et jusqu’au moment où vous avez commencé votre isolation.

  • Mes données sont-elles suffisamment protégées pendant le suivi des contacts ?

    Oui, nous traiterons vos informations de manière totalement confidentielle.
    L’information que vous transmettez ne sera utilisée que pour transmettre les conseils adaptés à vos personnes de contact. Cela vous permet de contribuer à freiner la propagation du virus.
    Seul le service compétent aura accès à votre liste de contacts. Ni votre travail, ni votre famille, ni la police, ni d’autres autorités publiques ne pourront la consulter. Si vous avez le Covid-19 et que vous séjournez ou êtes régulièrement en contact avec une communauté telle qu’une maison de repos ou de soins, une institution pour les personnes souffrant d’un handicap, une école,… le médecin de référence sera contacté. Les personnes de votre liste de contact ne seront pas informées de votre nom lorsqu’elles seront appelées. Vous resterez anonyme.
    Le collaborateur qui appellera les personnes de votre liste de contact est tenu au secret professionnel et vos données sont conservées dans une base de données et sécurisée.
    Les informations que vous transmettez ne seront pas utilisées pour vérifier que vous respectez bien les mesures. Elles ne sont pas partagées avec la police, la Justice ou un autre service de contrôle.

  • Comment les autorités sont-elles informées ?

    Si vous êtes malade, prenez contact avec votre médecin généraliste. S’il suspecte que vous êtes contaminé, il vous prescrira un test et vos données seront automatiquement envoyées vers la base de données sécurisée. Le contact center ne sera notifié que si le résultat de votre test est positif. Dans des circonstances exceptionnelles, votre médecin pourra transmettre vos données immédiatement au contact center pour que le suivi des contacts puisse débuter plus rapidement. Cela ne concerne que les cas Covid-19 très suspects. Votre médecin généraliste vous communiquera les résultats de votre test, qu’ils soient positifs ou négatifs.

  • Quand le suivi des contacts commence-t-il ?

    Lorsque vous contactez votre médecin, celui-ci vous fait faire un test de dépistage. Vous vous isolez immédiatement à la maison. Si le médecin pense que votre contamination au Covid-19 est très probable, il avertit immédiatement le contact center et le suivi des contacts débute. Si le médecin pense que votre contamination est possible, il attend le résultat du test pour notifier le contact center. Si le résultat est positif, vous et vos contacts recevrez un appel ou une visite d’un collaborateur des autorités et le suivi des contacts débutera. Si le résultat est négatif, il n’y aura pas de suivi des contacts, à moins que votre médecin, sur base de son examen de votre condition, ne craignent que le résultat du test ne soit erroné. Votre médecin généraliste peut donc décider d’initier un suivi des contacts.

  • Et si je ne peux pas citer tout le monde ?

    C’est normal, lors du suivi des contacts, de ne pas être capable de citer tout le monde. Essayez de nommer le plus possible de contacts pour qu’ils puissent recevoir les conseils adéquats.
    Il reste de la plus haute importance de suivre les gestes de précaution de base: Restez à la maison si vous vous sentez malade
    Lavez-vous les mains régulièrement et soigneusement
    Gardez une distance d’1,5 mètre avec les autres personnes
    Limitez vos contacts physiques. Communiquez avec votre famille et vos amis via une application en ligne.

  • Puis-je aller travailler si j’ai été en contact avec un patient Covid-19 ?

    Vous avez eu un contact à haut risque si votre contact était prolongé et rapproché, par exemple, avec un collègue qui est assis près de vous au bureau. Si c’est le cas, vous devez vous isoler à domicile pendant 14 jours. Vous ne pouvez donc pas aller travailler pendant cette période. Si cela est possible, vous pouvez télétravailler. Si ce n’est pas possible, vous devez informer votre employeur de votre absence. Si vous travaillez dans un secteur essentiel (par exemple, en tant qu’infirmier(e)), il peut vous être demandé exceptionnellement d’aller travailler si c’est nécessaire pour garantir la continuité des soins. Si cela arrive, des conditions strictes devront être respectées, dont votre employeur devra vous informer.

    Vous avez eu un contact à bas risque si votre contact était très bref, par exemple, avec un collègue assis loin de vous au bureau. Dans ce cas, vous ne devez pas vous isoler mais vous devez suivre les gestes de précaution de base de manière encore plus stricte. Il est préférable que vous travailliez depuis votre domicile. Si ce n’est pas possible, vous pouvez aller travailler mais en couvrant votre nez et votre bouche, par exemple avec un masque.

  • Serai-je testé si j’ai eu des contacts avec quelqu’un qui est maintenant malade ?

    Si vous avez eu un contact à bas risque et que vous ne présentez pas de symptômes, vous ne serez pas testé. Si vous présentez des symptômes, appelez votre médecin généraliste, qui déterminera si un test est nécessaire.

    Si vous avez eu un contact professionnel à haut risque et que vous avez de nombreux contacts avec des personnes à risques (par exemple: avec des personnes de plus de 65 ans), vous serez testé après vos 14 jours d’isolation à la maison. Si vous avez des symptômes, appelez votre médecin généraliste. Il déterminera s’il est nécessaire que vous passiez un test de laboratoire.

  • J’ai un contact avec une personne qui a eu un contact à haut risque. Suis-je moi-même une personne qui a eu un contact à haut risque ?

    Non, vous êtes une personne qui a eu un contact à haut risque si vous avez-vous-même eu un contact avec quelqu’un qui est malade.

  • Que dois-je faire si je suis en isolation à domicile parce que je suis moi-même malade ?

    Appelez votre médecin généraliste. Il ou elle vous donnera les conseils adéquats en vous demandera votre numéro de téléphone.
    Restez à la maison minimum 7 jours. Si vos symptômes durent plus longtemps, restez à la maison plus longtemps.
    Ne quittez pas votre maison. Cela veut dire que vous ne pouvez pas faire les courses ni aller vous promener. Vous pouvez vous faire livrer vos courses ou demander à quelqu’un de votre entourage de les faire pour vous. Vous pouvez aller dans votre jardin ou sur votre terrasse et relever votre boite aux lettres.
    Evitez tout contact avec une personne à risques.
    Isolez-vous au maximum des personnes qui vivent sous le même toit que vous. Dormez et mangez séparément.
    Aérez régulièrement l’espace dans lequel vous séjournez.

  • Que dois-je faire si je suis en isolation à domicile parce que j’ai eu un contact à haut risque ?

    Restez 14 jours à la maison.
    Vous pouvez quitter votre logement pour des achats essentiels, comme l’alimentation ou les médicaments. Vous devez porter un masque buccal et éviter les contacts avec les autres. Vous ne pouvez pas recevoir de visites à votre domicile. Portez un masque (consultez nos conseils sur https://www.info-coronavirus.be/fr/masque/) Appelez votre médecin généraliste dès que vous présentez des symptômes, si cela arrive.
    Les prestataires de soins peuvent aller travailler si c’est nécessaire mais ils doivent porter le matériel de protection adapté. Dans ce cas, des conditions strictes devront être respectées, que votre employeur vous communiquera.

Vous ne trouvez pas la réponse à votre/vos question(s)?

Si vous n’avez pas trouvé la réponse à vos questions sur ce site, consultez également l’information disponible sur les sites des autres autorités compétentes ou contactez-nous par téléphone au 0800 14 689

La vie-là 2013 ©  All rights reserved.

  • s-facebook